Affaire Galant : le Premier ministre doit être entendu en urgence au Parlement

Posté le 3 Novembre 2015 dans Les Communiqués , National


La Ministre Galant a toujours soutenu que son cabinet voulait faire un appel d’offres mais que son Administration l’en avait dissuadée.


On croyait avoir également acté que c’est le 7 novembre que la décision de travailler avec CLIFFORD CHANCE avait été prise.

A en croire la presse du jour, tout cela ne serait que réécriture de l’histoire.

La première facture de CLIFFORD mentionnerait clairement que leurs prestations avaient déjà débuté le 29 octobre ! Soit, jour pour jour, une semaine avant la vraie-fausse décision de Madame Galant de travailler avec CLIFFORD.

Pour autant qu’elle se confirme, une telle information serait d’une extrême gravité. Elle confirmerait que le mensonge est devenu la norme au sein de ce Gouvernement.

Jeudi, le Premier Ministre affirmait à la Chambre s’être fait fournir les informations sur le dossier, et avoir interrogé la Ministre. Charles Michel confessait : « J’ai la conviction qu’elle a agi de bonne foi, sur la base de différents emails émanant de l’administration ».

Bonne foi ? Quelle bonne foi ?

Celle d’une Ministre qui méprise la vérité au point de la tordre à chaque prise de parole ?

Celle d’un Premier Ministre se portant garant de sa Ministre devant le Parlement ?

Surtout, quelle confiance et quel crédit accorder encore à l’expression gouvernementale ?

La soi disante « imprudence » se révèle en réalité être un choix délibéré de fouler aux pieds les règles essentielles et évidentes de la bonne gouvernance.

Les députés fédéraux Vanessa Matz et Georges Dallemagne demandent que la Chambre convoque sans tarder le Premier Ministre afin qu’il s’explique en personne.

Le Gouvernement doit tant la vérité que le respect au Parlement et aux citoyens. Le fonctionnement de l’Etat mérite toute la transparence et le comportement digne de chacun de ses représentants afin que de telles fautes ne se reproduisent plus.

Pour les parlementaires cdH, il est temps que chacun prenne ses responsabilités, et tire les conséquences de ses errements.