Aide aux victimes des attentats : un enfer administratif inacceptable ! Georges Dallemagne en appelle au Premier ministre

Posté le 18 Janvier 2017 dans Les Communiqués , National


Georges Dallemagne, député fédéral cdH, en appelle au Premier ministre pour qu’il prenne toute la mesure de la détresse des victimes des attentats de Bruxelles du 22 mars et incite le gouvernement à adopter enfin les mesures qui s’imposent.


En effet, les victimes des attentats subissent depuis maintenant dix mois un véritable enfer bureaucratique, financier et psychologique en raison de procédures absurdes, lentes et mal coordonnées par les autorités belges.

Devant la commission d’enquête sur les attentats terroristes, des victimes ont témoigné des démarches kafkaïennes, inacceptables et insupportables et du sentiment d’abandon, notamment à l’égard des assurances, dans lequel elles se trouvent. Les faits relatés par les victimes sont profondément choquants.

Georges Dallemagne, député fédéral, demande que le cri lancé à nouveau par les victimes soit enfin entendu et que des mesures soient prises dans les plus brefs délais :

  • centralisation efficace, rapide et globale (administrative, financière, psychologique,…) de l’aide aux victimes, proactivité dans l’information et publicité des aides possibles ;
  • indemnisation décente et immédiate par l’Etat de toutes les victimes, y compris les victimes morales, et non par des assurances tatillonnes et cherchant à tout prix à minimiser les coûts ;
  • création d’un véritable statut de victime tel que le réclament les victimes ;
  • hommage à toutes les victimes.

Par-dessus tout, il est plus que temps, selon Georges Dallemagne, que les victimes soient associées de manière permanente aux initiatives prises à courts et longs termes pour leur venir en aide.