Alep : Bachar el-Assad et Vladimir Poutine devront répondre de leurs crimes de guerre

Posté le 14 Décembre 2016 dans Les Communiqués , International


Alep a donc été broyée sous les bombes et le déluge de feu des troupes de Bachar El Asad et de leurs alliés russes et iraniens. Elle a aussi été anéantie par l’indifférence et l’impuissance des démocraties européennes qui pourtant avaient applaudi à son soulèvement il y a 5 ans. Les valeurs de la Charte des Nations-Unies et de l’UE ont été depuis longtemps piétinées en Syrie. Le bain de sang se poursuit puisque les massacres de civils sont en cours. Et l’Europe, et le monde sont au balcon. Pourtant jamais les informations n’ont été aussi nombreuses sur les crimes de guerre en cours.


Pour Georges Dallemagne, l’Europe et la diplomatie belge ne peuvent se résigner face à un tel naufrage.

Les auteurs de crimes de guerre doivent être poursuivis devant les juridictions internationales et les investigations sur ces crimes doivent être entreprises immédiatement, avec notre concours. Notre détermination à écraser le terrorisme et à écarter le régime syrien doivent être sans faille.

La Russie de Poutine, largement responsable du désastre syrien pour s’être opposée depuis le début du soulèvement de la population syrienne aux résolutions du Conseil de Sécurité doit aussi répondre de ses actes. Sa posture de pompier pyromane, sa brutalité et ses méthodes de guerre indiscriminées d’un autre temps sont intolérables.

L’Europe peut et doit se porter au secours des victimes de cette guerre sans merci. Des corridors humanitaires doivent être ouverts, l’aide apportée sur place et les réfugiés accueillis dignement y compris en Europe et sur notre territoire. La contribution belge doit être substantielle, rapide et efficace, y compris en mobilisant Be-Fast.

Le destin de l’Europe se joue à Alep. Les valeurs sur lesquelles s’est construite notre Union ne résisteront plus longtemps à leur viol systématique et massif à nos portes. Les vagues de réfugiés ne tariront pas si nous n’avons pas le courage de mettre enfin terme à l’agonie d’un peuple.

Le Député fédéral demande au Premier ministre ainsi qu’au Ministre des Affaires étrangères de faire convoquer d’urgence une réunion de crise au niveau européen pour apporter une réponse détaillée et concrète à ces enjeux primordiaux.