Bug dans les OGM : l’Union européenne de nouveau hors champ

Posté le 9 Septembre 2016 dans Les Communiqués , Europe


Les informations parues ce jour dans le quotidien Le Soir font état d’une inquiétante découverte : les fabricants de semences transgéniques Pioneer Hibred Internationalet Dow Agrosciences ont communiqué une erreur dans le séquençage d’un gène modifié autorisé sur le marché européen.


Le cdH s’oppose, au sein des différents niveaux de pouvoir, à toute culture d’organisme génétiquement modifié.

Pour René COLLIN, Ministre wallon de l’Agriculture « La production agricole wallonne n’a pas besoin d’OGM. Au contraire ! La Wallonie a développé un principe d’opposition générale aux cultures OGM. Il n’y a aucune raison à ce stade de revenir sur la sévère législation wallonne et d’assouplir les dispositifs existants, ce qui répond aussi aux attentes du consommateur wallon. Notre agriculture a tout à gagner en continuant à miser sur la qualité, l’excellence, le respect du consommateur et donc, le refus de tout OGM ! ». 

Non seulement il est pour le moins interpellant que le maïs transgénique au séquençage erroné circule en l’état depuis 2007, mais, de plus, cette information est communiquée à la Commission européenne par les fabricants eux-mêmes, avec leur propre appréciation du risque encouru.

Pour Claude ROLIN, député européen : « Cette situation est inadmissible. La protection de notre terroir et des consommateurs ne peut en aucun cas dépendre d’entreprises qui cherchent à tirer profit des cultures OGM. Non contente d’associer les entreprises dans le processus décisionnel de restriction des cultures OGM, l’Union européenne ne mène aucune contre-expertise indépendante et faillit à son obligation de contrôle. »

« En Wallonie, le principe de précaution en ce qui concerne les OGM est adopté depuis près de 10 ans. Le décret de 2008 relatif à la coexistence, empêchant la culture d’OGM sur le territoire wallon sur base de critères de culture très stricts, vise en effet à protéger et à maintenir les spécificités, l’authenticité et la qualité des produits agricoles et horticoles wallons. » rappelle Carlo DI ANTONIO, Ministre wallon de l’Environnement. « La Wallonie possède l’une des législations les plus strictes d’Europe au bénéfice d’uneagriculture de qualité et de la protection efficace des consommateurs et je m’en réjouis ».

Une vision partagée en Région bruxelloise où la défend Céline FREMAULT, Ministre bruxelloise de l’Environnement. « Ces bugs me confortent dans la décision prise en 2014 faisant de la Région de Bruxelles-Capitale la première région sans OGM en Europe! ».

Soucieux de soutenir notre agriculture locale et de préserver sa qualité, les élus du cdH s’opposent à toute culture d’OGM et demandent au gouvernement fédéral belge de faire valoir cette position au sein du Conseil, pour que l’Union européenne suspendent les autorisations de mise en culture pour les OGM, qui échappent manifestement au contrôle et se fondent aveuglément sur les données fournies par les multinationales de l’agrochimie.