De nouvelles places d’accueil pour mettre fin à la situation des enfants dits « parqués »

Posté le 17 Octobre 2016 dans Les Communiqués , Fédé Wallonie-Bruxelles


La Ministre de l’Enfance, Alda Greoli et le Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Rachid Madrane ont détaillé ce matin les moyens importants dégagés dans le cadre de l’élaboration du budget 2017 pour répondre à la problématique des enfants dits « parqués », placés en hôpitaux faute de places dans des structures adaptées. 

Deux types de solutions voient le jour : des places supplémentaires et des moyens supplémentaires pour renforcer la prévention. 


C’est au début de l’année 2016, suite à une résolution votée à l’unanimité par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l’initiative de la députée cdH Véronique Salvi concernant la problématique des enfants hospitalisés faute de places en structure adaptée, qu’un Comité d’accompagnement avait été mis en place réunissant les ministres compétents, l’Office national de l’Enfance et l’Aide à la Jeunesse.  
 
Ce Comité d’accompagnement avait alors pu prendre connaissance, en juillet dernier, d’un rapport de la Coordination des organisations non gouvernementales en matière de droits de l’enfant  (CODE). De ce rapport concernant les enfants placés à l’hôpital, deux besoins essentiels se faisaient jour :

  • Augmenter les moyens des structures d’hébergement
  • Diversifier les modes de prises en charge.

Le rapport faisait ce constat : l’engorgement actuel des services de l’aide à la jeunesse ne permet pas, dans certains cas, la prise en charge par un service adapté, ce qui empêcheles enfants accueillis en Services d'Accueil Spécialisés de la Petite Enfance (SASPE) de les quitter. Or ils devraient y connaître un placement de courte durée (1 an) avec, lorsque le retour en famille n’est pas possible, le relais vers soit une famille d’accueil, soit un service d’hébergement de l’aide à la jeunesse.

Le constat a aussi été posé que de nombreux enfants étaient hospitalisés pour des raisons sociales, en situation d’urgence, à défaut de trouver des possibilités de prises en charge résidentielles tenues par des procédures d’admission plus longues.
 
Les deux ministres ont donc travaillé conjointement afin d’apporter une réponse concrète aux enfants dits « parqués » mais ont aussi élaboré une approche globale prévoyant diverses mesures de prévention.
 
Mesures relatives aux compétences de la Ministre Alda Greoli

1. Ouverture de places supplémentaires

Les Services d'Accueil Spécialisés de la Petite Enfance (SASPE) seront désormais financés à 100% de leurs besoins, ce qui devrait permettre l’engagement de deux personnes supplémentaires par SASPE, en moyenne. 

Cette capacité de travail renforcée entraînera une meilleure rotation des enfants. Le coût de cette mesure est estimé à plus de 1,5 million annuel. 
 
Aussi, pas moins de 28 nouvelles places supplémentaires dans les SASPE de Bruxelles, du Hainaut et de Namur permettront de prendre en charge une partie de la cinquantaine d’enfants dits « parqués » en hôpital – le reste étant pris en charge par les mesures du ministre de l’Aide à la Jeunesse.
Le coût annuel de ces 28  places est d’un million d’euros.

2. Prévention renforcée

Différents lieux destinés aux parents en difficulté dans leur parentalité, soit pour échanger sur cette réalité ou offrir un « temps de répit », afin d’y reconstruire des relations familiales de qualité. 30 lieux de rencontre parents-enfants supplémentaires vont être créés pour coût annuel de 210.000 euros.
 
En outre, le soutien à un projet pilote d’une équipe Psycho-Médico-Sociale de pédiatrie se trouve également soutenu à hauteur de 150.000 euros. Ce temps d’observation par cette équipe de longue durée intervient avant que la famille ne soit réellement en difficulté.

3. Offrir un temps de répit aux enfants dits « parqués »

Enfin, la création de 20 places supplémentaires dans des crèches permettra à des enfants pris en charge en hôpital, y compris pour des raisons non-médicales, d’entamer la normalisation de leur quotidien.
Cette mesure permettra de créer 20 places pour un montant de 65.000€
 
---
 
Au total, en Enfance, ce sont donc plusieurs dizaines de places d’accueil et de lieux de répit pour parents et enfants qui sont créées, pour une enveloppe totale de plus de trois millions d’euros.