Décès d’Etienne TSHISEKEDI

Posté le 2 Février 2017 dans Les Communiqués , International


Au nom du cdH, les députés Joëlle Milquet, Bertin Mampaka, Pierre Kompany et Georges Dallemagne saluent la mémoire d’Étienne Tshisekedi, décédé ce mercredi à Bruxelles, à l’âge de 84 ans et présentent leurs condoléances à sa famille, à ses proches et à l’ensemble des Congolais qui lui étaient très attachés. 


Pour le cdH, la mort de l’éternel opposant et leader de l’UDPS va créer un grand vide au Congo et auprès de tous ceux pour qui il symbolisait l’espérance d’une véritable transition démocratique espérée depuis si longtemps par les Congolais.

Son patriotisme l’avait en quelque sorte marié au Congo et aux Congolais, quelles que soient leurs provinces d’origine.

Pendant des années, face à Mobutu comme à Kabila, M. Étienne Tshisekedi a eu le courage et la détermination de s’opposer aux dérives autoritaires et aux dérapages de la gouvernance au Congo. Il portait ainsi les espoirs de très nombreux Congolais pour un gouvernement démocratique, pour un gouvernement plus juste et à l’écoute des aspirations de la population, pour un État œuvrant enfin pour davantage de justice sociale et pour un développement économique bénéficiant à l’ensemble du peuple congolais.

Sa mort survient en outre à un moment charnière de l’histoire de la RDC. Sa ténacité et son combat inlassables pour la défense de la Constitution congolaise avaient fortement contribué à la conclusion de l’accord de la Saint-Sylvestre qui vise à organiser au mieux les élections et à la période de transition.

Pour le cdH, alors que la mise en œuvre de cet Accord est déjà remise en question par certains, il serait inacceptable que le décès de M. Tshisekedi soit utilisé par le régime pour affaiblir le processus en cours, reporter à nouveau les échéances électorales et remettre en question l’indispensable transition démocratique qu’attend légitimement avec impatience le peuple congolais.

Plus que jamais, le dernier combat d’Étienne Tshisekedi doit absolument être poursuivi par l’ensemble des forces politiques congolaises.