Doel 1 et 2 : il y a urgence à dégager des alternatives !

Posté le 16 Juin 2015 dans Les Communiqués , National , Energie/Ecologie


Depuis le début des débats, le groupe cdH a rappelé à maintes reprises que des alternatives crédibles telles que les interconnexions avec les Pays-Bas ou l’appel d’offres pour de nouvelles centrales gaz existaient. Elles ont, cependant, été balayées d’un revers de la main par la Ministre, confirmant ainsi sa politique du tout au nucléaire, la forçant à se mettre à genoux devant Electrabel. Elle ne présentait, en effet, aucune autre solution que la prolongation pour 10 ans de Doel 1 et 2 pour garantir la sécurité d’approvisionnement de l’hiver prochain...

Or, on apprend, par la presse, que la Ministre étudie actuellement de nouvelles pistes complémentaires, en secret. Michel de Lamotte regrette, une nouvelle fois, le manque total de transparence dont fait preuve la Ministre. Il regrette également qu’elle se soit entêtée jusqu’à présent en analysant la situation par le seul prisme du nucléaire.

En refusant tout débat sur les alternatives, la Ministre a perdu du temps et a créé de toutes pièces l’insécurité d’approvisionnement pour l’hiver prochain. Il s’agit là d’un très mauvais signal envoyé, notamment, aux investisseurs étrangers à qui aucune stabilité énergétique ne peut être promise en l’état. Il y a maintenant urgence à dégager des solutions alternatives comme la location de groupes électrogènes géants, alternative sur laquelle le cdH a d’ailleurs travaillé, afin de garantir la sécurité d’approvisionnement en évitant que le portefeuille des citoyens et des entreprises ne soit mis à rude épreuve. En effet, il est maintenant plus que probable que Doel 1 ne sera pas réactivé pour l’hiver.

En outre, le Député humaniste prend acte de l’annulation, pour soucis de santé, de la sous-commission « Sécurité nucléaire » ce mardi après-midi devant auditionner Jan Bens, patron de l’Agence Fédérale de Sûreté nucléaire. Il lui souhaite un prompt rétablissement mais demandera néanmoins que la sous-commission puisse l’entendre à une date ultérieure. Pour Michel de Lamotte, le patron de l’AFCN doit être exempt de tout reproche afin que la confiance en l’institution soit totale. En effet, il ne peut y avoir aucun doute quant aux décisions prises par l’AFCN. Il en va de la sécurité des Belges.

Enfin, Michel de Lamotte rappelle l’insécurité juridique qui plane sur ce dossier. En effet, la Ministre ne semble accorder aucune importance à l’avis pourtant très défavorable du Conseil d’Etat sur le projet de loi de prolongation de Doel 1 ; avis renouvelé lors de l’analyse des amendements déposés notamment par le cdH. Par cette attitude, elle expose la majorité à bon nombre de recours.