Donnons de l’air aux jeunes ménages bruxellois qui souhaitent acquérir un bien immobilier !

Posté le 27 Février 2015 dans Les Communiqués , Région bruxelloise , Logement/Aménagement


Face à la difficulté grandissante des jeunes ménages bruxellois à devenir propriétaires à Bruxelles, la Ministre du Logement Céline Fremault a décidé de modifier et d’assouplir les conditions d’accès au Fonds du Logement. En 2015, 1400 prêts (+35%) pourront être octroyés aux candidats acquéreurs pour un budget global de 50 millions d’euros et une garantie portée à 295 millions. Il sera, à partir de maintenant, possible d’emprunter jusqu’à 120% du prix du bien.


Une maison coûte en moyenne 370.000 euros à Bruxelles et 225.000 euros pour un appartement. Les prix pratiqués sont 2,5 fois supérieurs au coût moyen d’il y a 15 ans. Selon l’IBSA, 72.000 Bruxellois (principalement de la classe moyenne) ont quitté la région bruxelloise entre 2008 et 2012. Brussels Studies en a encore fait dernièrement le constat. De nombreuses jeunes familles au profil socio-économique plus élevé quittent Bruxelles.

« Il est essentiel de lutter contre l’exode des classes moyennes vers la périphérie bruxelloise. Il n’est pas normal que certains quartiers, voire certaines communes, dans lesquels les classes moyennes ont grandi, leurs soient totalement inaccessibles une fois devenus adultes » explique Céline Fremault.

Pour renverser cette tendance et s’adapter aux réalités du marché financier, la Ministre a présenté 5 mesures pour faciliter l’accès aux jeunes et à la classe moyenne à la propriété à Bruxelles :

1. Porter le montant maximum du crédit à l’équivalent de la valeur maximale de l’habitation. Cette mesure permet de rencontrer la réalités des prix pratiqués. Pour un ménage d’une ou deux personnes, le montant maximum du prêt s’élève désormais à 316.672 euros (+ 105.159 euros). Pour un ménage de 3 personnes, le montant maximum du prêt est de 348.339 euros (+102.171 euros). Et enfin pour un ménage de 4 personnes, le montant maximum est de 380.006 euros (+99.183 euros). En ce qui concerne les logements 1 et 2 chambres, ces montants permettent de couvrir l’ensemble des 19 communes bruxelloises. Pour ce qui est des logements de 3 chambres et plus, le montant est suffisant pour les 10 communes de l’Ouest et du Nord. Pour ce qui est des 9 communes de l’est et du sud, le prêt couvre le prix médian des 4 premières communes les moins chères.

2. Baisse du taux de référence qui passe de 5 à 3,5% pour être plus concurrentiel par rapport aux taux proposés par les banques. Selon le profil de l’emprunteur (isolé, enfants à charge, …), le taux effectif oscillera aujourd’hui entre 1,95% et 3 %.

3. Le crédit est porté à 120% de la valeur du bien. Une mesure importante quand on sait que ce sont les droits d’enregistrement qui constituent un frein à l’acquisition, en particulier pour les jeunes ménages.

4. La durée du crédit pourra aller au-delà de 30 ans pour les candidats de moins de 35 ans. Cette mesure appliquée dans plusieurs pays européens, qui prend en compte l’allongement de l’espérance de vie, pourra permettre de réduire considérablement la charge du remboursement. Le bien devra bien entendu être complètement remboursé à l’arrivée de la pension.

5. L’introduction de la progressivité des mensualités. Partant du principe que les revenus d’un jeune ménage va augmenter, la mensualité va s’accroître progressivement chaque année d’un pourcentage déterminé, inférieur au taux d’inflation.

« Le Fonds du Logement doit pouvoir continuer à aider les ménages aux revenus modestes. La nouveauté réside dans le fait que ces nouvelles mesures aideront les classes moyennes, qui n’ont pas accès aux crédits hypothécaires,  à rentrer plus aisément dans les critères du Fonds du Logement. Il s’agit ici d’un premier train de mesures en faveur de l’accès à la propriété. » a précisé la Ministre Céline Fremault.