Nouveau déni de démocratie en République démocratique du Congo: la "Marche des Chrétiens" interdite !

Posté le 15 Février 2012 dans Les Communiqués , National , International


George DALLEMAGNE, Député fédéral cdH, vient d’apprendre avec consternation l’interdiction de la « Marche des Chrétiens » par le Gouverneur de Kinshasa. Prévue ce jeudi 16 février, cette marche de protestation commémorant la répression sanglante de Mobutu en 1992 devait réaffirmer la volonté de transparence de la population congolaise. Après la censure de trois nouveaux médias cet après-midi, il s’agit d’un nouveau déni de démocratie.


Le Député exprime également son inquiétude par rapport à l'évolution de la situation au Congo avec lequel la Belgique continue d’entretenir d'étroites relations et des liens humains importants. Le pays sort fragilisé par la gestion du processus électoral. Sa population est inquiète. Ses institutions sont aujourd'hui défaillantes. Les organisations internationales découragées, telle la Banque Mondiale, commencent à réduire leur appui au Congo.

George DALLEMAGNE appelle à un dialogue politique urgent incluant l'ensemble des responsables congolais, y compris sa société civile, pour envisager les moyens de sortir le pays de la grave crise morale et politique dans lequel il s'enfonce.

Pour rappel, les informations reçues ces dernières semaines en provenance des observateurs internationaux et congolais témoignent de très nombreuses irrégularités et fraudes lors des scrutins législatif et présidentiel du 28 novembre dernier jusqu’au cœur même de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Le Député cdH estime par conséquent qu'il n'est pas possible de conclure que les résultats proclamés par la CENI reflètent la vérité des urnes. Il salue pourtant le respect du processus démocratique électoral de la population congolaise qui a fait confiance à ses institutions et qui a voté massivement et dans le calme lors de ces élections.