Pollution de l’air due au survol à Bruxelles: la nécessité d’objectiver les chiffres

Posté le 26 Février 2015 dans Les Communiqués , Région bruxelloise , Santé/Recherche , Energie/Ecologie


La Ministre de l’Environnement, Céline Fremault, a pris connaissance de la récente étude publiée par la plateforme « Cœur Europe » analysant la pollution causée par les avions décollant de Zaventem. Celle-ci affirme « qu’avec 400 décollages par jour dès le printemps, ce sont plus de 300.000 litres de kérosène qui seront brulés quotidiennement par les avions aux décollage de Zaventem » et « que l’aéroport est la première source de pollution respiratoire sur Bruxelles et aux alentours ». 


La Ministre a également examiné l’analyse des experts de CELINE (Cellule Interrégionale de l’Environnement) qui contestent le rapport alarmiste de « Cœur Europe ». CELINE affirme que « la première cause de pollution de l’air à Bruxelles reste la circulation automobile » et que les polluants des avions de l’aéroport « ne se concentrent pas dans l’air bruxellois ».

Interpellée par ces études divergentes, la Ministre Céline Fremault a donné mission à Bruxelles Environnement d’objectiver le survol en termes de pollution de l’air et d’impacts sur la santé. Les conclusions sont attendues dans un bref délai.

La Ministre Céline Fremault rappelle qu’ « un des grands défis du Gouvernement bruxellois est d’assurer la qualité de vie dans chacun des quartiers de Bruxelles. Les Bruxellois méritent une ville où l’on respire mieux. »