Priver de stage 150 étudiants en médecine venant de l’étranger : une décision à côté de la plaque. Les solutions à la double cohorte sont ailleurs !

Posté le 24 Avril 2017 dans Les Communiqués , National


Catherine FONCK, députée fédérale et cheffe de groupe cdH à la Chambre, apprend avec beaucoup d’étonnement la décision de la Ministre de la Santé d’empêcher 150 étudiants en médecine venant de pays en voie de développement d’effectuer un stage d’un an dans les hôpitaux universitaires belges. Pour la députée humaniste, la décision de la ministre De Block ne tient pas la route.


En effet, empêcher ces 150 étudiants de stage ne résoudra pas le problème de manque de places pour les futurs diplômés de l’année académique 2018/2019 (pour rappel, dès 2018, deux générations d’étudiants, ceux ayant fait un cursus en 7 ans et en 6 ans, seront diplômés en même temps).

Ils ne prennent pas les places de stage des médecins diplômés en Belgique. Par ailleurs, le risque de voir s’installer en Belgique ces médecins étrangers est pratiquement nul. Enfin, ces mécanismes de coopération nord/sud existent depuis de nombreuses années et permettent d’y améliorer la qualité des soins de santé grâce à l’expertise acquise par ces futurs médecins dans notre pays.

S’inscrivant dans la lignée des facultés de médecines de l’UCL, de l’ULg et de l’ULB, Catherine Fonck interpellera la Ministre à la Chambre afin qu’elle revienne sur sa décision.

Par contre, une nouvelle fois, Catherine Fonck appelle la ministre De Block à se mobiliser réellement pour les stages de la double cohorte de médecins à venir ! Elle doit enfin saisir la gravité de la situation et trouver les moyens budgétaires suffisants pour concrétiser les propositions faites par les facultés et les médecins. L’objectif doit être de garantir à chaque nouveau médecin diplômé un stage de qualité !