Réforme du financement de la sécurité sociale : non, la santé et la sécurité sociale ne sont pas des bouche-trous budgétaires !

Posté le 10 Janvier 2017 dans Les Communiqués , National


Catherine Fonck, députée fédérale et cheffe de groupe cdH à la Chambre, appelle le Premier ministre et les partis de la majorité à cesser de se plier au diktat de la NVA dont le projet est de mettre à mal la santé et la sécurité sociale !


Ces matières qui touchent particulièrement les gens ne doivent pas servir de fusibles à chaque fois que le gouvernement fédéral doit combler des trous budgétaires dont il est lui-même responsable, comme on l’a déjà vu à la confection du budget 2017.

L’ouverture au dialogue prônée par le Ministre Peeters dans les colonnes du Soir de ce mardi ne doit pas rester un simple coup de communication mais doit être suivi d’actes.

En effet, le projet de loi visant une réforme du financement de la sécurité sociale touchera tous les citoyens (salariés, indépendants, jeunes, pensionnés, personnes malades,…) et notamment ceux qui ont connu un parcours difficile comme une incapacité de travail ou qui ont perdu leur emploi suite à un licenciement collectif.

L’impact de cette réforme impose que celle-ci se fasse en concertation avec les partenaires sociaux. A ce titre, Catherine Fonck se réjouit d’avoir pu obtenir des auditions (syndicats, représentants des employeurs, indépendants, mutualités,…) ce matin en Commission des Affaires sociales de la Chambre, où était présenté le projet de loi.

Elle espère que, suite à ces auditions, ce projet de loi pourra évoluer pour, d’une part, garantir l’avenir du financement de la sécurité sociale et, d’autre part, garder une place centrale aux partenaires sociaux dans la gestion de la sécurité sociale.