Saut d’index : le cdH dénonce l’entêtement du Gouvernement MR /N-VA qui attaque, entre autres, les classes moyennes !

Posté le 27 Février 2015 dans Les Communiqués , National , Emploi/Economie


Le cdH a pris acte de la décision du Gouvernement fédéral MR/N-VA d’appliquer un saut d’index lors du prochain dépassement de l’indice des prix.


Par sa décision, le Gouvernement s’enfonce dans sa vision brutale à l’égard des citoyens et singulièrement des classes moyennes. Pour un salaire moyen dans notre pays de 3250 euros bruts, la perte s’élèvera à environ 400 euros nets par an et ce chaque année ! Les classes moyennes, entre autres, sont frappées de plein fouet.

Il s’agit d’une rupture de confiance qui pèsera sur la consommation et l’activité économique. Le saut d’index est en effet :

- contreproductif à l’heure où nous sommes confrontés à une déflation et un manque de souffle économique ;

- inéquitable puisqu’il n’est pas appliqué aux loyers alors que les locataires voient leurs revenus diminués ;

- provocateur alors que certains syndicats ont fait preuve de responsabilité dans la conclusion d’un accord social ;

Le cdH regrette que le Gouvernement fédéral ne s’engage pas plutôt dans une réforme fiscale d’ampleur et surtout, ne s’attaque pas suffisamment à l’évasion fiscale et aux fraudeurs.

Le niveau de vie des ménages va considérablement diminuer alors que des sommes importantes continuent d’échapper à l’impôt dans le cadre de fraudes fiscales à grande échelle.

Pour le cdH, la priorité doit être portée sur la lutte contre la grande fraude fiscale et le Gouvernement doit renforcer les moyens pour lutter contre ces phénomènes. L’aveu de la secrétaire d’Etat, Elke Sleurs, admettant qu’en ce qui concerne les résultats de la lutte contre la fraude fiscale “le montant n’est pas important, ce qui compte c’est de s’attaquer à la fraude” est à cet égard consternant.

Le cdH constate enfin que la majorité MR/N-VA s’enferme dans une vision réductrice de la compétitivité. Appliquer la même modération des salaires dans tous les pays d’Europe n’amène pourtant qu’une baisse du niveau de vie de tous ses citoyens. Si nous voulons améliorer structurellement et durablement notre compétitivité, nous devons plutôt nous appuyer sur d’autres éléments comme la qualité de l’éducation, la recherche et l’innovation, la qualité de nos infrastructures, l’approvisionnement énergétique, etc. Tous ces éléments ont un impact beaucoup plus fort sur la compétitivité à moyen et à long terme.