Sécurité nucléaire : la lutte contre la cybercriminalité doit être renforcée

Posté le 6 Octobre 2016 dans Les Communiqués , National


Le groupe cdH à la Chambre est inquiet par les informations parues dans la presse ce matin faisant état de la circulation de plans secrets de la centrale nucléaire de Tihange sur le « darknet ». 


De tels manquement en termes de sécurité et de protection de documents hautement stratégiques posent question. Comment ces documents ont-ils pu se retrouver sur ce réseau internet parallèle utilisé par les criminels ?

La société Electrabel a manifestement des failles dans la protection de ses documents. Il est de la responsabilité de l’entreprise de tout mettre en œuvre afin de protéger de tels sites critiques que sont les centrales nucléaires.

En outre, l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) ne semble pas prendre ce problème à bras-le-corps puisqu’un audit sur la sécurité des documents prévu « dans un futur proche » ne sera effectué qu’à « partir de 2017 », sans plus de précision. La sécurité de nos centrales nucléaires ne peut être prise à la légère, il en va de la sécurité de tous les citoyens.

Ce dossier montre une nouvelle fois le retard pris par la Belgique en matière de cybersécurité. Il est urgent que la Sûreté de l’Etat dispose des budgets nécessaires à son bon fonctionnement. Pas plus tard qu’hier, le patron de la Sûreté de l’Etat réclamait encore à la Chambre un renforcement des effectifs afin d’assurer correctement les missions de la Sûreté de l’Etat.

Le député fédéral, Michel de Lamotte, interpellera le Ministre Jambon cette après-midi en séance plénière de la Chambre. Il demandera également que l’AFCN soit entendue dans les plus brefs délais à la Chambre afin de faire toute la lumière dans ce dossier.