SNCB : le Gouvernement osera-t-il enfin la lucidité ?

Posté le 10 Juillet 2015 dans Les Communiqués , National , Mobilité/Transport


Le Gouvernement fédéral examine aujourd’hui le plan de modernisation de la SNCB de la Ministre de la Mobilité, Jacqueline GALANT.

Sans encore connaître les pistes qui seront mises sur la table, le cdH espère que le Conseil des Ministres posera des choix dictés par la lucidité, plutôt que de se laisser conduire par la facilité.


La facilité conduirait à faire croire que si l’entreprise publique autonome déraille aujourd’hui c’est à cause de ses wagons, trop nombreux ou trop peu productifs.

Commele rappellent utilement les représentants du personnel, il manque déjà aujourd’hui 3.000 cheminots pour faire tourner l’entreprise, nombre qui selon eux pourrait être porté à 8.000 dans les années à venir. Impensable !

La lucidité impose, au contraire, de constater que les trop nombreuses locomotives que compte l’entreprise et ses filiales, se livrent une impitoyable guerre ouverte, dans une course au pouvoir effrénée.

Quand le management en arrive à décider d’investir dans la brique en Jamaïque ou en Inde, en vient à s’incendier par lettres ouvertes interposées, ou expose à l’étranger des dépenses somptuaires, faut-il s’étonner que le train déraille ?

Pour le cdH, il est urgent que le Gouvernement rappelle à la SNCB l’essentiel de son métier : le renforcement de la qualité et de la quantité du service, tant en matière de transport de voyageurs que de marchandises, tout en assurant la sécurité des voyageurs.

Pareil recentrage doit prioritairement passer par un allègement de la chaîne de commandement ferroviaire, et non par de nouvelles coupes sombres sur le personnel de terrain.