Sommet sur la sécurité nucléaire de Séoul: accord conjoint Belgique, France, Pays-Bas et Etats-Unis

Posté le 27 Mars 2012 dans Les Communiqués , National , International , Energie/Ecologie


En marge du 2ème Sommet international sur la sécurité nucléaire qui se tient ces 26 et 27 mars à Séoul, les délégations de la Belgique, représentée par la Vice-Première ministre et ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, de la France, des Pays-Bas, trois des principaux producteurs mondiaux de radio-isotopes, et des États-Unis, viennent d’annoncer un « joint statement » relatif notamment à la conversion de l’uranium hautement enrichi (UHE) vers l’uranium faiblement enrichi pour la production des isotopes. Avec l’IRE, la Belgique est en effet l’un des plus grands producteurs d’isotopes mondiaux, avec plus de 20% de part de marché.


Ce « joint statement » poursuit deux buts importants :

1. Réaffirmer notre engagement de renforcer la sécurité nucléaire et donc de réduire au maximum l'utilisation d'uranium hautement enrichi dans la production de radio-isotopes médicaux Mo-99, dès que cela sera techniquement et économiquement réalisable. Le Mo-99 est actuellement utilisé dans la production des radio-isotopes médicaux qui sont utilisés dans plus de 100.000 procédures médicaleschaque jour de par le monde, au travers de produits radio-pharmaceutiques. Ce produit est essentiel pour notamment diagnostiquer les maladies cardiaques et le cancer. Dans ce contexte, les 4 pays ont confirmé leur détermination à soutenir la reconversion des industries de production en Europe, une reconversion devant passer de l’utilisation d’uranium hautement enrichi à une utilisation complète d’uranium faiblement enrichi (non-UHE) pour la production d'isotopes médicaux durables à des fins médicales. En conséquence, à plus long terme, l'utilisation de l'uranium hautement enrichi sera complètement éliminée, dès que ce sera techniquement et économiquement faisable, pour les isotopes médicaux produits et utilisés en Belgique, en France, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

Dans le même temps, avec l'objectif de minimisation de l’UHE et en vue d'une diminution globale effective des quantités d'UHE, la Belgique, la France et les Pays-Bas géreront de façon responsable les grandes quantités de déchets existants résultant des activités passées par le recyclage ou en en disposant, avec le soutien des Etats-Unis et d'autres partenaires.

2. Continuer à assurer un approvisionnement fiable en isotopes médicaux pour les patients dont les diagnostiques médicaux sont essentiels. Aussi a-t-on obtenu que, jusqu'à ce que cette conversion ait lieu, les États-Unis s’engagent à fournir à la Belgique le matériel UHE ciblé nécessaire pour assurer une production ininterrompue d'isotopes médicaux, nécessaires pour de nombreux patients.