Tihange 2 : la sécurité primera avant toute autre chose

Posté le 16 Septembre 2012 dans Les Communiqués , National , Energie/Ecologie


La Vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de l’Egalité des chances, Joëlle Milquet, qui suit l’évolution du dossier chaque jour, rappelle qu’elle est et qu’elle restera d'une vigilance extrême en matière de sécurité nucléaire, notamment à l'égard du suivi des analyses qui sont actuellement menées de manière approfondie au sein des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2.

 

 


En matière de sécurité nucléaire, Joëlle Milquet, ainsi que le gouvernement, défendent trois priorités :  

  • transparence ;
  • vigilance ;
  • sécurité des citoyens et des travailleurs.


1. Transparence

La politique suivie est de privilégier la transparence. Dans le dossier de Doel 3 et de Tihange 2, toutes les informations ont été et seront données sans tabous, de manière claire et objective, sans excès d'optimisme ou de pessimisme avec toutes les données et précisions nécessaires et sans cacher aucun élément. Dès le début du mois d’août, il a été répondu à toutes les questions de manière précise et sans éluder d'éléments.

Par ailleurs, l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) assume, en toute indépendance, autonomie et transparence, et son contrôle et la communication  sur l'ensemble des éléments. Elle donne des  réponses claires à toutes les questions légitimes posées.

2. Vigilance

Les  réacteurs nucléaires belges sont soumis à des contrôles et inspections stricts et complets, qui ont lieu tous les 12 à 18 mois, afin de s’assurer qu’ils peuvent continuer à fonctionner correctement. C’est justement grâce à l'un de ces contrôles rigoureux, allant encore plus loin que d'habitude avec de nouvelles méthodes, ainsi qu’à la demande de tests complémentaires dès les premières indications constatées, que la Belgique a détecté des indications de défauts à Doel 3 (dans le matériau). Les dossiers de justification de Doel 3 et Tihange 2, une fois déposés par Electrabel, sur base notamment d’avis d’experts seront soumis à l’analyse fouillée de l’AFCN qui demandera un avis de son Comité scientifique et en parallèle un audit international basé sur un panel d’experts internationaux dont les noms se trouvent sur le site de l’Agence.

Ce n’est qu’une fois ces analyses et avis donnés que l’AFCN soumettra son avis final à la ministre, qui proposera alors une proposition de décision au Gouvernement.

3. Sécurité

La sécurité des citoyens est et sera toujours la priorité dans toutes les décisions ou analyses de situation. Il n'y a sur ce point aucun problème de sécurité des citoyens concernant Doel 3 et Tihange 2. Le réacteur de ces deux centrales est maintenu à l'arrêt tant que les résultats complets n'ont pas été fournis. Le combustible nucléaire a été déchargé dans les deux cas. Il n'y a donc aucun danger pour la population, les travailleurs et l'environnement.

Une autorisation de poursuivre l'exploitation ne pourra, le cas échéant, être donnée que si des arguments convaincants sont fournis et que toutes les conditions de sécurité sont réunies. La décision finale ne pourra intervenir au plus tôt qu’en fin d’année 2012.