Tram de Liège - Benoit DREZE : « L’heure est à la concrétisation ! »

Posté le 27 Janvier 2016 dans Les Communiqués , Région Wallonne


En séance plénière, Benoit DREZE est intervenu au nom du groupe cdH au Parlement de Wallonie lors d’un débat sur le tram de Liège. Il demande de lancer les travaux sans plus attendre.


Le cdH a toujours soutenu le projet de tram liégeois tant au niveau de la Ville de Liège, avec Michel FIRKET, Echevin de la Mobilité, qu’au Gouvernement wallon, avec André ANTOINE, Ministre porteur du dossier en 2008 lors de la décision initiale, puis avec Carlo DI ANTONIO, Ministre actuel de la Mobilité.

Pour rappel, l’Europe a récemment rendu un nouvel avis négatif sur le projet du tram de Liège défendu par le Gouvernement wallon. Le partenariat public-privé (PPP) imaginé par la SRWT (Société régionale wallonne des transports) pour financer le chantier du tram à hauteur de 380 millions d’euros, l’exploitation et la maintenance de l’infrastructure durant 27 ans est contesté par l’organe de contrôle budgétaire Eurostat.

Le cdH regrette le double discours tenu par l’Europe qui se positionne, d’une part, en faveur de ce type d’investissement (Plan Juncker et COP 21) et qui avance l’argument de l’obstacle technocratique (Eurostat) d’autre part.

Dans une situation et dans un dossier similaire au nôtre relatif au ring d’Anvers (3,2 milliards d’euros), la Flandre a décidé d’avancer malgré l’avis négatif rendu par Eurostat en mettant l’investissement au budget dès 2017, mais en s’écartant de la trajectoire budgétaire tout en poursuivant les discussions avec l’organe de contrôle européen.

Benoit DREZE plaide, en application de l’accord de coopération du 13 décembre 2013, pour qu’une concertation s’ouvre entre l’état fédéral et les entités fédérées à propos de l’application des normes SEC 2010 dans le cadre des grands investissements de mobilité en Belgique. Le député wallon demande au Gouvernement wallon de commander les travaux avant le 31 mars, dans le cadre du PPP existant.

Toute autre hypothèse reviendrait à perdre des années de travail et à générer des dépenses supplémentaires : indemnité à verser au consortium Mobiliège pour défaut de commande et coût perdu de certaines études réalisées et à recommencer.

Pour Benoit DREZE, le tram est un vecteur moderne de mobilité, d'environnement, de développement économique tout le long de son tracé ainsi qu'une nécessité sociale (36% des ménages liégeois n’ont pas de voiture). Liège, à l’instar d’autres grandes villes, doit disposer de ce mode de transport. L’heure est à la concrétisation !