Un bol d'air pour les scieries wallonnes

Posté le 15 Mai 2014 dans Les Communiqués , National , Energie/Ecologie


Les scieries wallonnes et les propriétaires publics pourront désormais conclure directement des contrats de vente de gré à gré pouvant aller jusqu’à 35.000 € par lot de bois feuillus. Ces contrats pourront également être passés directement avec des marchands de bois mandatés officiellement par les scieries feuillues.


A travers cette mesure, le Ministre wallon de la Nature et des Forêts Carlo DI ANTONIO entend faciliter l’achat et la vente de lots de bois entre producteurs et transformateurs wallons et sécuriser une partie de l’approvisionnement de nos scieries feuillues wallonnes.

En effet, ces 15 dernières années, le nombre de scieries feuillues ou mixtes en Wallonie a fortement diminué, passant respectivement de 46 à 30 unités et de 38 à 12 unités. En parallèle, les exportations de grumes feuillues vers l’Asie ont pris énormément d’ampleur.

Ces exportations ont entraîné des difficultés d’approvisionnement pour nos scieries feuillues, en raison de l’instabilité des marchés mondiaux. Ce phénomène impacte directement l’emploi wallon et le secteur de la transformation. Par ailleurs, le transport de lots sur de longues distances a un coût environnemental important.

Cette mesure facilitant la vente de gré à gré va donc permettre d’assurer une partie de l’approvisionnement de nos scieries. L’objectif est de garantir la continuité de leurs activités.

Cette mesure vise à donner un bol d’air au secteur du sciage feuillu. Le volume mis en vente sera plafonné à 15 % du volume mis en vente par adjudication publique.  Ces 15 % correspondent à environ 33.000 m³, ce qui représente 33 % des besoins des scieries feuillues.

L’Office économique wallon du Bois dressera la liste des scieries bénéficiaires de la mesure et fixera les quotas individuels en volume.

A côté de son importante fonction environnementale, la forêt représente un atout économique majeur pour la Wallonie. 7.800 entreprises ont une activité directement liée à la filière bois, ce qui représente près de 19.000 emplois directs.

La forêt est un des plus grands fournisseurs de matières premières en Wallonie. Pour Carlo DI ANTONIO, il est essentiel de faire reconnaître à sa juste valeur la forêt et de tout mettre en œuvre pour valoriser le bois dans ses utilisations les plus nobles sur le territoire wallon.

Carlo DI ANTONIO défend une production de bois de qualité qui permettra la valorisation la plus poussée possible, dans un objectif final de plus de création d’emplois.