Un cours et une éducation à la philosophie et à la citoyenneté pour tous les élèves

Posté le 21 Septembre 2015 dans Les Communiqués , Fédé Wallonie-Bruxelles , Enseignement/Famille


Le cdH est ravi de l’accord intervenu sur la proposition transmise par la ministre de l’Education, Joëlle Milquet, relative au cours  de citoyenneté.


En effet, comme le cdH le souhaitait, les éléments suivants sont acquis :

1. Une éducation à la philosophie et à la citoyenneté dans l’ensemble des établissements scolaires avec un référentiel inter-réseaux

Il y aura bien une éducation à la philosophie et à la citoyenneté dans l’ensemble des établissements scolaires avec un référentiel inter-réseaux, socle commun des contenus attendus par année, comme l’avait déjà proposé la ministre de l’Education en mai dernier, selon des objectifs définis qui correspondent en tous points à nos attentes.

2. Mise en œuvre de ce référentiel commun respectant l’accord de gouvernement et les spécificités des différents  réseaux

- Dans l’enseignement officiel ainsi que dans l’enseignement libre non confessionnel subventionné par la Communauté française, le référentiel sera appliqué par un cours spécifique à raison de l’équivalent d’une heure par semaine en lieu et place d’une heure de cours de religion ou de morale. Il restera  bien un cours de religion et de morale au libre choix à l’occasion de l’équivalent d’une heure semaine.

- Pour le libre confessionnel, qui gardera bien intactes ses deux heures de cours de religion, le référentiel sera bien dispensé au libre choix du réseau en tout ou partie dans le cadre des cours de religion et/ou dans le cadre d’un autre cours de la grille horaire (à raison de l’équivalent d’une période hebdomadaire ou à raison de 30 périodes minimum par an).

La différence objective liée à l’engagement confessionnel présent dans l’enseignement libre confessionnel par rapport aux autres types d’enseignement et à l’existence spécifique qui lui est liée de l’organisation de deux heures de religion justifiait en effet le maintien d’un traitement différencié uniquement dans la mise en œuvre du référentiel commun. Par ailleurs, pour des raisons budgétaires, l’organisation d’un cours de citoyenneté au-delà des cours prévus dans la grille n’était pas plus possible dans le libre que dans l’officiel. 

3. Une Inspection conjointe dans le libre et agréée par l’ensemble des acteurs du système scolaire

L’inspection bien évidemment indispensable de ce référentiel se fera bien dans l’enseignement libre de manière conjointe avec l’inspection chargée du cours de base (religion ou autre discipline) et uniquement sur la partie appliquant ce référentiel. En outre, les inspecteurs chargés de l'inspection de l'éducation à la philosophie et citoyenneté devront, pour exercer cette mission, avoir été agréés par les conseils généraux de concertation (intégrant les trois réseaux notamment) à la majorité des deux tiers.

4. Professeurs de morale et de religion habilités à donner le cours de philosophie et de citoyenneté

Les professeurs de morale et de religion pourront bien donner le cours de philosophie et de citoyenneté et n’en seront pas exclus. A partir de la rentrée scolaire 2020-2021, les enseignants des cours philosophiques devront obligatoirement et logiquement avoir un titre pédagogique pour dispenser le cours de philosophie et de citoyenneté ou l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté. Avant cette date, ils pourront dispenser ce cours sans titre pédagogique, le temps de leur permettre de se mettre en ordre.

Benoit Lutgen, Président du cdH, se réjouit de cet accord qui offrira à chaque élève un cours et une éducation à la philosophie et à la citoyenneté dans le respect des spécificités de chaque réseau.