Suppression de l’effet dévolutif de la case de tête et fin des listes de suppléants : une double réforme, déposée par le cdH, pour renforcer le poids du vote des électeurs

Posté le 9 Février 2018 dans Les Communiqués , Région bruxelloise

Le Parlement bruxellois a pris en considération ce vendredi matin la proposition d’ordonnance déposée par le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois, Benoît CEREXHE, visant à supprimer l’effet dévolutif de la case de tête et à abolir les listes de suppléants aux élections régionales bruxelloises.

Lire la suite

Quotas INAMI : le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Parlement francophone bruxellois déposent conjointement une motion en conflit d’intérêts contre le projet de loi de la Ministre fédérale de la Santé !

Posté le 12 Octobre 2017 dans Les Communiqués , Région bruxelloise , Fédé Wallonie-Bruxelles

Les groupes cdH, DéFI, PS et ECOLO du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Parlement francophone bruxellois (COCOF) co-signent une motion en conflit d’intérêts contre le projet de loi de Maggie De Block, Ministre fédérale de la Santé, qui vise à réformer l’attribution des quotas INAMI entre les Communautés flamande et française. 

Lire la suite

Commission d’enquête Samusocial : « Mme Peraïta aurait mieux fait de valoir son droit à la décence, plutôt que son droit au silence », dénonce le cdH

Posté le 18 Juillet 2017 dans Les Communiqués , Région bruxelloise

Le groupe cdH au Parlement bruxellois, s’il n’est pas surpris du système de défense invoqué cet après-midi par Pascale Peraïta – à savoir faire valoir son « droit au silence » – n’en est pas moins profondément choqué par son refus de répondre à la moindre des questions que les commissaires auraient pu lui poser. En effet, le groupe cdH estime que Mme Peraïta aurait pu – aurait dû, même – répondre aux questions qui ne concernaient pas directement l’enquête judiciaire en cours, mais bel et bien l’organisation du Samusocial, ses missions, l’organigramme interne, les relations de travail au sein de l’asbl,… Sauf à considérer, comme pourrait le laisser penser Mme Peraïta par son silence absolu, que tout ce qui concerne aujourd’hui le Samusocial est judiciarisable et susceptible de poursuites pénales et/ou civiles. 

Lire la suite

Pages