En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Communiqué de presse : centres de vaccination en Wallonie

CENTRES DE VACCINATION EN WALLONIE : Palais des Expositions ? Palais des Congrès ? Halls omnisports ?
La stratégie de vaccination avance… ENFIN ! Elle va même s’accélérer avec l’arrivée des nouveaux vaccins Moderna !

Alors que la méthodologie semble claire pour les 1ères phases (les résidents et le personnel des maisons de repos, les professionnels de la santé des hôpitaux et en 1ère ligne, …), un certain mystère reste maintenu au niveau de la Wallonie en ce qui concerne les centres de vaccination.

Pourtant, dès le mois de mars, il s’agira de la 1ère étape à grande échelle pendant laquelle des centaines de milliers de personnes vont commencer à se faire vacciner : les plus de 65 ans et les personnes à risque (diabétiques, cardiaques …). Ce vendredi 8 janvier, le Gouvernement fédéral a d’ailleurs affiché ses ambitions : 70% de la population vaccinée d’ici septembre !

Pour François Desquesnes, Chef de groupe cdH au Parlement de Wallonie, si des décisions ont été prises concernant les centres de vaccination et leur organisation, le Gouvernement wallon doit communiquer au plus vite afin de rassurer les citoyens. Si ce n’est pas le cas, il est urgentissime de prendre des décisions !

‪Ce mercredi 13 janvier au Parlement de Wallonie, les Députés cdH interpelleront la Ministre wallonne de la Santé afin d’obtenir des explications aux très nombreuses questions restées jusqu’à présent sans réponse.‬

Où se situeront ces centres de vaccination ? La Région bruxelloise et la Flandre avancent, la Wallonie, elle, n’a encore donné aucune information à ce sujet. Elle ne doit pas être à la traîne ! Les citoyens méritent mieux qu’un mauvais remake de la saga sur les retards des masques et des tests.

François Desquesnes propose par exemple que les Palais des expositions/Congrès (exemple Namur Expo, WEX à Marche-en-Famenne, le Palais des Congrès à Liège…). Ces sites bénéficient souvent d’infrastructures adaptées (parking, sanitaires, espaces suffisants…) et disposent d’un personnel et d’un savoir-faire pour accueillir des flux importants de personnes.

Pour les zones rurales où résident 40 % des Wallonnes et des Wallons, le cdH propose par exemple que les halls omnisports ou salles de village puissent être utilisés. Dans tous ces cas, il s’agit d’espaces ventilés, accessibles et libres d’occupation actuellement.

Qui inoculera le vaccin dans ces centres ? Seules les personnes formées à la vaccination peuvent réaliser ces actes, autrement dit les médecins et les infirmiers/infirmières. Or, le personnel des hôpitaux et maisons de repos sont toujours sous pression. Quel est le plan prévu par le Gouvernement wallon ? Mobiliser les professionnels de la santé hors hôpitaux et maisons de repos ? Faire revenir des retraités volontaires (et préalablement vaccinés) ? Appeler des volontaires (provenant des PMS, PSE ? de la médecine du travail ? des écoles d’infirmières ?) Réquisitionner du personnel ?

Pour le cdH, il est urgent que le personnel soit mobilisé dès à présent et sur base volontaire. Un large appel aux professionnels volontaires doit être organisé et lancé au plus vite : plus on aura de médecins et infirmiers qui vaccinent plus le taux de couverture de la population sera rapidement atteint. Les recruter, rédiger les contrats, dégager des moyens budgétaires pour les rétribuer, … prendra du temps or, pour rappel, ils devront être opérationnels dans 1 mois et demi, il est grand temps de prendre des décisions.

Qui s’occupera de la gestion sur le terrain dans ces centres de vaccination ? François Desquesnes propose que les organisateurs d’évènements puissent être sollicités. Ils ont l’expertise et pourraient mettre en place des solutions de gestion des flux. En Allemagne, les autorités ont fait appel à leurs services et la Flandre en discutera prochainement. Des acteurs comme l’armée et la Croix-Rouge pourraient également être appelés.

Par ailleurs, de nombreuses autres interrogations seront soulevées lors du débat parlementaire. Parmi celles-ci, il sera notamment question :

  • du contact avec les personnes âgées de plus de 65 ans : comment seront-elles prévenues pour leur vaccination ? Quel sera le rôle de leur médecin généraliste ? Recevront-elles un courrier ? Devront-elles s’inscrire ? Y aura-t-il un ordre de priorité ? Contactera-t-on celles qui ne répondent pas ?
  • des personnes de 45-65 ans « à risques » : Quels sont ces risques exactement ? Qui va décider si une personne est à risque ou non ? Quel sera le rôle du médecin traitant ? Il a été dit que les médecins généralistes seront mis à contribution. Vont-ils devoir appeler personnellement tous leurs patients concernés ? Qu’en est-il de ceux suivis par des spécialistes et non des généralistes ? Ce public devra-t-il s’auto-déclarer ?
  • du paradoxe de vacciner des personnes dont le taux d’anticorps est élevé : près d’un wallon sur cinq aurait aujourd’hui des anticorps. Alors que les vaccins manquent, ne serait-il pas utile que l’immunité des personnes qui ont déjà fait le COVID soit testée afin de cibler mieux ceux pour qui la vaccination est prioritaire ?
  • des aides à domicile et employés des titres-services : ces personnes seront-elles vaccinées en même temps que le personnels de soins à domicile ou en avril avec les autres professions sociales et/ou économiques essentielles ? Ces professionnels passent chez de nombreuses personnes âgées restées à domicile. Il semble logique de les vacciner en priorité.