En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Dour : des Abeilles et des Fourmis

La salle du Collège Communal de Dour est plongée dans une ambiance studieuse. Derrière des piles de masques et d’enveloppes, les bénévoles sont à bonne distance les uns des autres. Le calme et la concentration règnent. L’ambiance reste bon enfant et si le bas des visages est caché par un masque, les coins des yeux sont souvent plissés par l’expression d’un sourire.

« Quand on s’est aperçu que le confinement allait restreindre l’efficacité de nos services communaux traditionnels (comme le taxi social), une réponse adaptée devait être trouvée, également dans le but de relever de nouveaux défis liés à l’épidémie, explique Martine Coquelet, échevine des Affaires Sociales et présidente du CPAS dourois. On a alors lancé le projet de plateforme citoyenne « Dour Entraide ». »

Dour Entraide est rapidement devenu l’intermédiaire entre, d’un côté, les citoyens de bonne volonté désireux de contribuer concrètement à la sauvegarde des citoyens plus faibles, et de l’autre côté, les citoyens fragilisés par l’épidémie.

« Nous avons développé trois pôles distincts et complémentaires, poursuit Martine : la récolte de masques et leur dispatching, la réalisation de courses en magasin, et un service d’accueil et d’écoute téléphonique ».

Depuis son lancement, pour réaliser ses missions, Dour Entraide regroupe une soixantaine de bénévoles.

« La majeure partie travaille au dispatch et à la livraison des masques aux citoyens qui en font la demande via notre site Internet » explique Martine. Ce site, créé lui aussi par un bénévole, permet aux citoyens, en toute autonomie, de remplir le formulaire de demande de masques, de demander de l’aide pour effectuer des courses, de demander une écoute téléphonique individuelle, et même de devenir bénévole... « Ce site - qui a dépassé les 8000 visites - a rapidement dynamisé notre structure et a permis une bonne gestion du flux d’information ».

C’est l’échevine de la citoyenneté, Christine Greco-Druart, qui a rassemblé et organisé les couturières bénévoles : elle sont plus de cinquante ! Ces véritables « Abeilles » en sont à 12.500 masques réalisés. Les bénévoles de Dour Entraide, surnommés les « Fourmis »  mettent les masques sous pli, organisent les tournées en fonction des demandes, et distribuent dans les boîtes aux lettres ciblées.

En ce qui concerne les courses, c’est une quinzaine de bénévoles qui assure quotidiennement huit à dix courses – parfois plus. Ça évite à autant de personnes fragilisées de se retrouver dans des grandes surfaces. A l’heure actuelle 280 courses ont déjà été effectuées.

Tout en retournant à son propre poste de travail, Martine jette un regard panoramique sur la salle du Collège Communal. Les murs sont tapissés de bleu. La lumière entre à flot par les hautes fenêtres.

En ce début mai, les Abeilles et les Fourmis continuent d’oeuvrer avec volonté et ferveur : tout un bestiaire citoyen au service des citoyens.