En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Livre blanc : "Des réacteurs aux acteurs, placer le citoyen au coeur de la transition énergétique"

  • En décembre 2017, les Ministres belges en charge de l’Energie ont conclu un pacte énergétique. Ce texte a ensuite été approuvé par les Gouvernements régionaux et le Gouvernement fédéral. Dans ce cadre, les quatre entités se sont accordées sur des objectifs généraux et de grandes orientations qui confirment la volonté des Gouvernements à avancer vers une Belgique sans nucléaire et se passer progressivement de toute consommation d’énergie issue du carbone.
  • Ce pacte est une première étape qui ne peut se suffire à lui-même et doit se traduire en actions concrètes. Les échéances sont courtes, la sortie du nucléaire étant programmée pour 2025. La Belgique s’est également engagée auprès de l’Union européenne et de la communauté internationale dans des objectifs de réduction des gaz à effets de serre à l’horizon 2020, 2030 et 2050.
  • Au-delà d’une sortie réussie du nucléaire et de la réduction des émissions de CO2, trois enjeux nous semblent essentiels : garantir la sécurité d’approvisionnement du Royaume, renforcer notre indépendance énergétique par rapport aux autres pays et assurer un coût de l’énergie acceptable pour tous aujourd’hui et demain.
  • Le présent livre blanc vise à identifier comment les éléments convenus dans le cadre du Pacte énergétique doivent être mis en oeuvre afin de mener une transition énergétique qui répond aux trois enjeux précités (sécurité, indépendance, prix). Il conclut que nous ne pouvons y arriver sans l’appui et la participation active de tous les citoyens (entendus comme les particuliers, les entrepreneurs les fonctionnaires…) et organisations (privées, associatives ou publiques). Concrètement, tous les citoyens et organisations peuvent agir à leur niveau pour réduire leur consommation ou la déplacer durant la journée. Ils peuvent aussi mobiliser leurs ressources financières pour investir dans les énergies renouvelables, de manière individuelle, mais surtout de manière collective. Il convient toutefois au préalable de les encourager en ce sens et de leur en donner la possibilité.
  • Le livre blanc développe dès lors une stratégie de « transition citoyenne » et propose différentes mesures à mettre en oeuvre par l’État fédéral, les Régions et les pouvoirs locaux afin de réussir la transition énergétique et faire en sorte que le défi énergétique devienne une opportunité de développement humain pour une meilleure qualité de vie.
  • Pour y parvenir, il faut donc développer une approche et des mesures qui placent les citoyens au coeur de la transition, qu’ils soient consommateurs, investisseurs, producteurs, bénévoles, travailleurs ou entrepreneurs. Ni le marché libéralisé de l’énergie, avec ses imperfections et défaillances, ni l’interventionnisme des autorités publiques, dont les moyens financiers sont limités, ne suffiront pour concrétiser cette transition énergétique et assurer une excellente qualité de vie pour tous et en particulier pour les générations futures.
  • Le livre blanc invite par conséquent les différents acteurs à s’inspirer de sept principes d’action pour une approche humaniste de l’énergie : (1) promouvoir l’initiative citoyenne (processus bottom-up), (2) informer et former les citoyens (éducation), (3) consommer plus en heures creuses et moins lors des pics de consommation (agilité), (4) produire ou consommer de façon plus collective l’énergie (partage), (5) préserver la qualité de vie des générations futures et susciter l’adhésion et l’engagement des citoyens aux projets énergétiques (soutenabilité), (6) générer des résultats à un coût et un risque acceptable (efficience) et (7) veiller à ce que tous les citoyens puissent participer de manière équitable à la transition énergétique (équité).
  • S’appuyant sur ce travail, le CEPESS propose 100 mesures articulées en 11 axes permettant de conduire la transition énergétique à prix modéré pour le consommateur final et d’assurer l’autonomie d’approvisionnement.