En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

« Pour le Sport aussi, il est moins Une ! »

Lettre ouverte du cdH René Collin pour sauver les clubs sportifs

« Pour le Sport aussi, il est moins Une ! »

Dans sa newsletter de ce vendredi 12 février, l'AISF (Association Interfédérale du Sport Francophone) annonce une triste nouvelle pour les clubs sportifs wallons : le Ministre wallon des Infrastructures sportives ne pourra les aider davantage dans la crise.

Chantre avéré du régionalisme intégral, le Ministre Jean-Luc Crucke a, dans un théâtral élan de solidarité communautaire, annoncé voler au secours de la Fédération Wallonie-Bruxelles à court de moyens et offrir une manne wallonne pour assurer, dans le contexte de la crise Covid19, le soutien aux clubs wallons et la pérennité des activités dans les infrastructures sportives situées en Wallonie. Le voilà aujourd'hui, après avoir, dit-il, exploré toutes les pistes possibles pour ce faire, refroidi dans ses viriles ambitions par un avis défavorable de l'Inspection des Finances, il jette le gant et substitue, sous le nez des clubs déçus, un plateau d'excuses à une assiette de promesses.

Comme ancien Ministre des Sports à la Région et à la Fédération Wallonie-Bruxelles, amoureux du sport, convaincu de son importance majeure pour l'équilibre mental et physique de nos concitoyens, spécialement de nos jeunes, autant que pour la vie et la cohésion sociale de nos territoires, je déplore tant le nouveau coup infligé à nos clubs sportifs que la légèreté politique avec laquelle ils sont pris en otage d'un sinistre et stérile duel entre entités fédérées.

Depuis le début de la pandémie, tant au niveau wallon qu'à la FWB, mes collègues parlementaires cdH et moi-même n'avons cessé d'insister sur la gravité de la situation et l'urgence de mesures concrètes et de moyens à la hauteur des besoins pour maintenir nos clubs en vie et assurer la reprise de leurs activités. De part et d'autre, nous avons prêché dans le désert.

À la FWB, aucun écho, faute de moyens... ou de la volonté politique d'en trouver. À la Région, pendant des mois, rien de très significatif, au-delà d'une aide symbolique, à l'issue de la 1ère vague, pour l'achat de petits équipements de protocole sanitaire.

Puis soudain, se sentant pousser les ailes qui font défaut à la Fédération et répondant à son appel désespéré, le Ministre Crucke scelle "l'union sacrée pour le sport" et se fait fort d'apporter des moyens. Sonnez, trompettes ! Aujourd'hui les trompettes se taisent et les chœurs déchantent : circulez, rien à voir ! Le Ministre a certes les moyens mais il ne peut les mobiliser pour les clubs car ce n'est pas, de son propre aveu, sa compétence, c'est bien celle de sa collègue, la Ministre Valérie Glatigny à la FWB.

Retour à la case départ. Confirmation d'une évidence que nous n'avons cessé de marteler, en insistant pour que les moyens soient dégagés là où il le faut, à la FWB. La vraie question en effet, c’est pourquoi la FWB et sa Ministre des Sports ne mobilisent pas les moyens nécessaires ?

On pourrait en rire, s'il ne s'agissait pas là de la survie de nos clubs, de la santé physique et morale de nos concitoyens et de nos jeunes. Aujourd'hui, les clubs wallons se retrouvent les dindons de la farce. J'en appelle, devant cet aveu d'impuissance au détriment de nos clubs, à un sursaut responsable de la part de nos autorités. Je demande aux Ministres de travailler ensemble et pourquoi pas aussi via nos collectivités locales si proches de nos clubs.

Nos clubs, nos jeunes, nos bénévoles, notre population méritent mieux que cela et il est moins Une ! Plutôt que de pérorer l'union sacrée, Mesdames et Messieurs les Ministres, mettez-la en pratique dans l'humilité de l'action responsable et l'apport de solutions pour les gens !