En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Violences racistes dans les stades : tolérance zéro ,

Aux violences racistes dans les stades : tolérance zéro ! Que les regrets soient suivis d’actes concrets.

Les actes d’insultes racistes et xénophobes qui ont sali la rencontre Anderlecht-Bruges de ce dimanche, doivent être sévèrement sanctionnés. On peut tous s’en désoler et le regretter. Mais trop c’est trop !

Au-delà de ces faits, l’ensemble du bureau politique du CDH et son président Maxime Prévot apportent leur soutien à Pierre Kompany, à toute sa famille et en particulier à Vincent, victimes de cette violence inqualifiable.

On ne peut plus « regretter, être désolé, s’attrister ».

Aujourd’hui, toutes affaires cessantes le ministre de la Justice doit user de son pouvoir d’injonction positive et ordonner au Parquet la poursuite des auteurs de ces actes de violence verbales outrageantes. Les responsables doivent être poursuivis et doivent être sévèrement sanctionnés pénalement car il y a violation évidente du code pénal.

Face aux actes racistes, la tolérance zéro est l’unique réponse crédible. C’est la seule approche pour endiguer ce qu’on constate malheureusement de plus en plus dans et autour des stades.

Parallèlement et tout aussi urgemment, la Royal Belgium Football Association ainsi que les gouvernements doivent se réunir pour infliger des sanctions exemplaires dans ces cas d’espèce. Les sanctions doivent être efficaces et dissuasives et comme par exemple :

L’exclusion à vie, du club et des stades, d’un supporter qui se rendrait coupable de fait de violences racistes et xénophobes ;

Une sanction financière du club dont émanent ces insultes, égale à la recette de la rencontre, au profit d’asbl luttant contre le racisme ;

Le forfait du match au dépend du club insultant ;

L’imposition d’un programme de sensibilisation à l’adresse des supporters du club insultant.

Afin de préserver le vivre ensemble et en raison de la gravité de ces faits à l’égard d’une personne et de sa famille, le cdH interrogera le ministre de la Justice et les ministres des Sports des Régions wallonne et de Bruxelles-Capitale, afin que ces faits inqualifiables soient suivis par des actes politiques concrets.