Nouvelle Commission européenne: ensemble, vers un nouvel envol

Posté le 22 Octobre 2014 dans Les Communiqués , Europe


Ebranlée par une profonde crise économique doublée d’une crise de confiance, l’Union européenne doit mettre en place sans tarder des réformes structurelles et concentrer ses efforts pour permettre au plus grand nombre de travailler — singulièrement les jeunes grâce notamment à la garantie jeunesse — et de vivre décemment.


Pour retrouver le chemin de la croissance, l’Union européenne doit se doter d’un plan de relance ambitieux et d’une politique industrielle cohérente et concertée. -Claude Rolin se montrera particulièrement attentif à l’affectation des 300 milliards d’euros supplémentaires d’investissements annoncés par Jean-Claude Juncker en faveur de l’emploi et de la croissance durable.

A cet égard, Claude Rolin se réjouit de la détermination dont témoigne la Commissaire belge en charge de l’Emploi et des Affaires sociales, Marianne Thyssen. La création d’emplois par le biais d’investissements porteurs, le soutien aux PME, le renfort du dialogue social et de la protection sociale à l’horizon 2020, sont des priorités portées par le cdH à tous les niveaux de pouvoir et qui figurent au premier rang des préoccupations présentées par la nouvelle Commissaire lors de son audition au Parlement.

Il est communément admis aujourd’hui que les politiques d’austérité menées ces dernières années dans les Etats membres ont failli sur le plan social, en ce qu’elles n’ont pas permis une relance économique solidaire, particulièrement attendue en temps de crise. Le mandat accordé ce jour à la nouvelle Commission induit la prise en compte de ces enseignements et la nécessité de tourner l’Europe vers l’avenir, en veillant à garantir une équité sociale. Cette mission doit être menée conjointement par les institutions européennes, soutenues par les Etats nationaux.

Cela implique notamment une régulation plus forte des marchés financiers, une obligation de transparence et une lutte accrue contre la fraude sociale, fiscale et environnementale, dont une révision de la directive détachement pour éviter la mise en péril des entreprises et de l’emploi.

A l’aube de ces cinq années, les défis sont nombreux et le temps est compté. La Commission européenne devra amplifier son pouvoir d’initiative et accentuer sa compétence politique pour être le moteur du changement, soutenue par le Parlement.

Le vote intervenu ce jour et les auditions des membres composant la nouvelle équipe de commissaires participent de l’exercice démocratique. Il est essentiel que les institutions restaurent au plus vite les liens essentiels qui unissent l’Europe et ses citoyens. « En tant que député européen, je plaide pour un travail conjoint des institutions européennes en faveur d’une Europe des actes. Une Europe plus humaine et à l’écoute de celles et ceux qui la font vivre au quotidien. C’est la meilleure réponse que nous pourrons offrir aux européens de tous les pays et de différentes générations, et la meilleure barrière face aux populismes et au repli sur soi. Les discours de mi-juillet et d’aujourd’hui de Jean-Claude Juncker poursuivaient cette vision. La mise en oeuvre des politiques sera supervisée par le Parlement durant toute la législature et je serai particulièrement attentif aux avancées en matière d’emploi et d’affaires sociales. C’est en ce sens que j’ai voté aujourd’hui en faveur de la nouvelle Commission. » Claude Rolin.