L’APPEL DU SECTEUR DES VOIRISTES A ÉTÉ ENTENDU : 40 millions € supplémentaires pour les routes régionales en 2015 !

Posté le 9 Décembre 2014 dans Les Communiqués , Région Wallonne , Mobilité/Transport


Il y a une quinzaine de jours, la Fédération wallonne des entrepreneurs de travaux de voiries (FWEV) a adressé un cri d'alarme aux responsables politiques, estimant que le nombre et l'importance des chantiers est en chute vertigineuse pour l'année 2015. Ils craignent pour l'emploi au sein du secteur si les carnets de commande ne s'amplifient pas.


Le Ministre des Travaux publics, Maxime PREVOT, a longuement rencontré une délégation de la Fédération la semaine dernière pour analyser les perspectives du secteur et préciser les moyens budgétaires dévolus aux chantiers d'infrastructures à l'initiative de la Wallonie dans les prochaines années.

Il est apparu que les chiffres avancés par la Fédération, soit une réduction de 30 à 40 % des commandes, ne sont pas fondés.

1. Ces chiffres représentent en fait la différence entre le nombre de marchés publics lancés en 2014 comparativement à 2012 et ne tiennent pas compte, par exemple, du fait que plusieurs centaines de marchés publics de baux d'entretien ont été lancés depuis deux ans pour une période de quatre ans, tandis qu'auparavant ces marchés étaient passés annuellement. Il n’y aura donc pas un seul euro de moins pour ces marchés et les entreprises qui les obtiennent, même si le nombre de marchés a facialement diminué.

2. De plus, chiffres à l'appui, la démonstration a été faite que les réductions des enveloppes dévolues à l'entretien et l'investissement sur le réseau routier régional subira un tassement de seulement 2% de 2014 à 2015, bien loin donc des chiffres avancés par la Fédération.

Les moyens régionaux ont donc été largement préservés, le Gouvernement wallon étant bien conscient de l'importance d'entretenir et d'investir dans les infrastructures régionales pour favoriser le développement socio-économique de la Wallonie et soutenir au mieux le secteur de la construction, secteur que l'on sait être confronté à des difficultés.

3. La crainte d'une chute des commandes se nourrit surtout des interrogations qui entourent la confection des budgets communaux, sur lesquels le Ministre Maxime PREVOT n'a pas de prise.

Cependant, malgré les budgets régionaux disponibles pour les années à venir, environ 250 millions € par an, le secteur formule de sérieuses craintes quant à la possibilité de maintenir l'emploi en raison de la fin du Plan Routes 1 (les derniers chantiers s’annoncent et toutes les entreprises n'ont pas anticipé la fin de ce Plan) et le lancement du Plan Infrastructures qui lui succèdera à partir de 2016. L'année 2015 sera donc une année de transition entre les deux plans, ce qui laisse craindre un creux d'activités et le risque de recourir à des licenciements en raison du moindre volume de marchés au cours de l'année à venir. Le secteur évoquant la perte potentielle de plusieurs centaines d'emplois.

Désireux de soutenir le secteur, de répondre aussi adéquatement que possible à cet appel inquiet des voiristes et de poursuivre la rénovation et la sécurisation de nos routes, le Ministre Maxime PREVOT a proposé au Gouvernement wallon qu'il investisse dans l'avenir et a obtenu que celui-ci dégage sur ses fonds propres un montant supplémentaire exceptionnel de 40 millions € en 2015 afin d'alimenter davantage les bons de commandes des entreprises de voirie et de génie civil.

Au total, le budget investi dans l’investissement et l’entretien extra-ordinaire des routes régionales dites « secondaires » (donc hors autoroutes et nationales 2X2 bandes) atteindra près de 100 millions € qui  seront entièrement consacrés à :

> réaliser de la réhabilitation en profondeur ;
> sécuriser des sections ou des carrefours dangereux ;
> finaliser de nouvelles voiries.

En investissement, 1 million € représente l’équivalent de 14 emplois directs et 7 emplois indirects. Pour l’année 2015, les 100 millions € d’investissement sur les routes régionales secondaires permettront donc le maintien ou la création d’environ 1.400 emplois directs supplémentaires et 700 emplois indirects dans le secteur des entrepreneurs de voiries et de leurs fournisseurs grâce à l’attribution de nouveaux contrats. Il sera veillé à ce qu'un nombre important d'entre eux soient attribués dès les premiers mois de l'année. Pour le Ministre Maxime PREVOT, cette opération est donc doublement bénéfique : d’une part le secteur économique sera soutenu significativement et d’autre part, les citoyens bénéficieront de davantage de routes en bon état et sécurisées.

Au total, le budget consacré aux chantiers sur les infrastructures routières et fluviales wallonnes pour les cinq années à venir s'élèvera donc à plus de 1,6 milliards €, soit 250 millions € chaque année jusqu’à la fin de cette législature, 320 millions € complémentaires dans le cadre d’un Plan Infrastructures (2016-2019) et les 40 millions € supplémentaires en 2015 (soutien exceptionnel au secteur pour passer le cap de la transition entre les deux plans).