Survol de Bruxelles : extension du réseau de sonomètres à Bruxelles

Posté le 1 Avril 2015 dans Les Communiqués , Région bruxelloise


Alors que le moratoire entre en vigueur ce 2 avril, Céline Fremault, Ministre Bruxelloise de l’Environnement, entend rappeler que celui-ci ne constitue absolument pas une fin en soi.  Il est indéniable que la fin de l’utilisation du virage à gauche large soulage une grande partie des Bruxellois. En revanche, ce plan, qui réactive les routes antérieures au 6 février 2014, est d’ores et déjà considéré comme un problème pour de nombreux autres Bruxellois, anciennement survolés et qui le seront à nouveau.


« Le moratoire est une réponse partielle à la problématique du survol de la capitale. Je plaide pour un plan qui  réduise les nuisances sonores et améliore la qualité de vie de l’ensemble des Bruxellois, peu importe leur localisation sur la carte de la Région » précise Céline Fremault.

Pour objectiver la gêne occasionnée par les nouvelles routes du 2 avril, Céline Fremault a décidé d’installer 4 nouveaux sonomètres mobiles. Le réseau de sonomètres compte à présent 15 stations de mesures de bruit sur l’ensemble du territoire de la région. Ce réseau renforcé constitue un précieux outil pour rendre compte, de manière encore plus affinée, des nuisances subies par les Bruxellois.

Suite à une rencontre avec l’ensemble des bourgmestres bruxellois, il a été décidé de placer les nouveaux sonomètres à Molenbeek, Woluwe-Saint-Pierre, Evere et Forest ( à la lisière de Saint-Gilles et de Uccle).  Le sonomètre de Molenbeek, le premier pour cette commune largement survolée, couvre la route du canal. Celui de Woluwe-Saint-Pierre mesurera le bruit en lien avec les routes du virage serré à gauche qui est à nouveau d’actualité.  Le troisième sonomètre est installé à Evere le long du canal pour renforcer le maillage du Nord-Est de Bruxelles. Le dernier sonomètre, quant à lui, sera installé d’ici peu à Forest près de l’altitude 100. Il permettra d’objectiver les nuisances sonores sur les communes de Forest, Saint-Gilles et Uccle qui n’en avaient pas les moyens jusqu’à présent.

Au-delà de la mise en place de cet arsenal de mesures, Céline Fremault rappelle qu’il est important de travailler sur des solutions structurelles (mise en place d’une autorité indépendante de contrôle, allongement de la nuit de 22h à 7h, survol des zones les moins densément peuplées,…).

« L’urgence est d’autant plus grande qu’un règlement européen encadrant les restrictions d’exploitation liées au bruit dans les aéroports, qui entrera en vigueur en juin 2016, rendra  beaucoup plus difficile la mise en œuvre de la solution structurelle recherchée. » conclut la Ministre Fremault.