Budget et tax-shift : de la poudre aux yeux pour masquer des mesures qui font mal ou des promesses qui risquent de rester lettre morte…

Posté le 16 Décembre 2015 dans Les Communiqués , National


A l’occasion du débat en séance plénière pour lequel un vote interviendra jeudi, Catherine Fonck, cheffe de groupe cdH, dénonce un budget et un tax-shift historiques. Historiques non pas grâce aux mesures effectives du gouvernement mais historiques tant ils cultivent l’art de l’illusion et de la poudre aux yeux.


Le cdH doute que le gouvernement puisse tenir ses promesses de réduction du coût du travail et d’augmentation du salaire poche des travailleurs. En effet, comment croire en la réalisation d’un tax-shift positif pour le citoyen et les entreprises alors même qu’il manque 6 milliards pour le financer ?

A contrario, les taxes qui touchent directement les citoyens sont, quant à elles, mises en œuvre depuis plusieurs semaines.

  • Un one-shot : la sécurité

Le cdH dénonce des coupes continuelles dans les budgets structurels. Le gouvernement ne réagit qu’au coup par coup en fonction des urgences et des brèches à colmater comme par exemple en matière de sécurité. Les 400 millions supplémentaires annoncés par le gouvernement pour renforcer la lutte contre le terrorisme risquent de n’être qu’un one-shot, n’apportant aucune solution durable en termes de moyens humains et financiers nécessaires au bon fonctionnement des différents services concernés (Justice, police, Sûreté de l’Etat). La sécurité coûte cher mais ce coût, il faut l’assumer et donner les moyens suffisants !

  • Les patients et les prestataires de soins feront les frais du non-respect de la norme de croissance

De même dans le secteur de la santé, la Ministre est pleine de bonnes intentions en voulant « garantir à tous les citoyens des soins de santé de qualité, abordables et accessibles à tous ». Force est de constater que nous sommes loin du compte. Alors que son engagement était une norme de croissance budgétaire de 1.5%, celle-ci ne sera, au regard des éléments présentés par la Ministre elle-même, que de 0.7%. Les conséquences des choix qui devront découler de cette baisse s’en feront ressentir sur les patients mais également sur la qualité des soins et sur les conditions de travail des médecins généralistes et des infirmières à domicile, notamment. Les mesures relatives au diabète, à la logopédie, à l’accès au traitement de l’hépatite C, aux femmes venant d’accoucher, aux postes de médecine de garde en sont des exemples parlants.

Les malades longue durée et les personnes handicapées ne sont pas épargnés non plus puisque certaines composantes de la majorité voudraient les voir sanctionnés d’un abaissement de leurs indemnités d’incapacité de travail. 300.000 personnes sont potentiellement concernées. Imposer une reprise au travail après 2 mois sans prendre en compte leur réalité médicale revient à les sanctionner aveuglément !

  • Défense : des ambitions énormes mais un budget au plus bas

Le département de la Défense n’est pas en reste dans ce grand jeu de dupes. Alors même que le budget de l’armée n’a jamais été autant sabré, le Ministre se répand en grandes déclarations annonçant vouloir le tripler d’ici 2030.

  • La mobilité en rade

Le même constat peut être posé pour la SNCB. Le gouvernement MR-NVA a imposé à la société ferroviaire une réduction budgétaire de 663 millions d’ici 2018. Une nouvelle fois, c’est le citoyen, le navetteur, l’étudiant,… qui paieront le prix de ce désinvestissement. Pendant ce temps-là, nous attendons encore et toujours un vrai plan stratégique et une vraie vision à long terme pour le chemin de fer promis à coups de déclarations tapageuses de la Ministre Galant.

***

Catherine Fonck espère que l’année 2016 prendra une autre tournure que cette première année de gouvernement MR-NVA et qu’il prendra à bras-le-corps ces chantiers promis depuis plusieurs mois, et ce dans l’intérêt premier du citoyen. En effet, celui-ci attend de la majorité qu’elle agisse concrètement et non qu’elle étale ses désaccords internes ou se répande, comme la NVA en a régulièrement l’habitude, en déclarations provocatrices dans la presse.