Exportations d'armes : il faut porter le débat au niveau européen

Posté le 13 Janvier 2016 dans Les Communiqués , Région Wallonne


Ce mercredi 13 janvier, en séance plénière du Parlement de Wallonie, Dimitri Fourny, Chef de groupe cdH, et Marie-Dominique Simonet, députée wallonne, interrogeront le Ministre-Président wallon sur le délicat dossier des exportations d’armes à destination de l’Arabie Saoudite.


Aux yeux du cdH, ce débat éminemment éthique doit de toute urgence être porté au niveau européen, où il importe de définir une réponse concrète et cohérente avec les valeurs fondamentales de l’Union et sa politique extérieure.

Quel citoyen pourrait comprendre que l’Europe interdise les exportations de pommes ou de poires vers la Russie, mais ne parvienne pas à s’entendre pour bloquer les exportations d’armes à destination de l’Arabie Saoudite ?

Du reste, les légitimes questions qui fusent aujourd’hui à propos de l’Arabie Saoudite se poseront sans doute demain vis-à-vis d’autres pays. En l’absence de liste noire commune et contraignante pour l’ensemble des pays européens exportateurs d’armes, nous aurons toujours une guerre de retard. 

Pour le cdH, il est donc essentiel que de telles blacklists contraignantes soient adoptées et constamment actualisées au niveau européen. De même, il importe de renforcer encore notre capacité commune à contrôler et responsabiliser davantage les destinataires finaux des armes qui sont exportées. Nous souhaitons que les décisions d'octroi de licence d'armes au sens large soient octroyées avec une plus grande transparence et en fonction du destinataire final.

Quant à la question, à ce jour théorique, de l’actionnariat de la FN d’Herstal, le cdH estimera toujours crucial de garantir la pérennité de cette entreprise wallonne, dont la qualité et le sérieux sont reconnus dans le monde entier.

Si la vocation de la Wallonie n’est certainement pas de rester sans fin le seul actionnaire de la FN, le ou les éventuels futurs autres actionnaires devront être capables de consolider et développer des objectifs d’emploi, et notamment d’apporter un savoir-faire dans le développement d’activités ne posant pas problème par rapport au commerce des armes.