« Non au report de la mise en œuvre du RER wallon !»

Posté le 27 Janvier 2016 dans Les Communiqués , Région Wallonne


André ANTOINE, Dimitri FOURNY et Savine MOUCHERON annoncent le dépôt d’une proposition de résolution au Parlement de Wallonie visant à refuser un nouveau report de la mise en œuvre du RER entre Bruxelles et la Wallonie, liaison capitale en termes de mobilité et d’emploi. 


La Région de Bruxelles-Capitale représente le bassin d’emploi le plus important du pays entrainant d’importants flux de circulation. Plus de 340.000 navetteurs, dont plus de 100.000 originaires de Wallonie, gagnent Bruxelles chaque jour.  Depuis de nombreuses années, les communes bruxelloises et de la périphérie au sens large souffrent d’un engorgement des voies de circulation et sont saturées aux heures de pointe.  Il en découle une importante pollution, des pertes de temps avec les conséquences négatives que l’on connaît sur l’économie, la santé publique et le bien-être des citoyens wallons.

Afin de lutter contre ce phénomène, il faut augmenter la proportion de personnes qui utilisent les transports en commun.  Seuls 20% des travailleurs en provenance des autres régions utilisent les transports en commun.  Malgré un succès croissant, le réseau de transports en commun s’avère actuellement insuffisant et l’amélioration des transports publics ne peut se réaliser qu’au travers de la mise en place d’un Réseau Express Régional (RER) qui permettra d’offrir de nouvelles possibilités de liaisons rapides et à fréquence accrue dans un rayon de 30 kilomètres autour de Bruxelles.

Imaginé au milieu des années 1990 et prévu initialement pour 2012, le projet RER a pour objectif de faire passer de deux à quatre voies cinq lignes existantes (lignes 36, 50a, 96, 124 et 161) et de construire 44 km de voies en Brabant Wallon.

Dix ans après le lancement des premiers travaux, les lignes reliant Bruxelles à la Wallonie demeurent toujours en chantier tandis que celles en direction de la Flandre seront achevées pour 2018.  De plus, il apparait que les moyens budgétaires disponibles pour achever le RER sont quasiment épuisés.  Alors que le montant nécessaire à la réalisation des travaux RER en Brabant wallon est estimé à 881 millions d’euros, le fonds RER ne dispose plus que de 115 millions d’euros.

Face à ces constats, André ANTOINE, Dimitri FOURNY et Savine MOUCHERON ont déposé une proposition de résolution demandant au Gouvernement wallon de :

  • refuser tout nouveau report du fédéral concernant la mise en service du RER entre Bruxelles et la Wallonie ;
  • saisir sans délai le Comité de concertation afin d’assurer la finalisation du RER ;
  • convoquer une réunion dans les plus brefs délais de la plateforme d’intermodalité mise sur pied par le comité de concertation du 28 octobre 2015 ;
  • demander au Gouvernement fédéral de prévoir, dès son prochain ajustement budgétaire, les moyens budgétaires nécessaires afin d’alimenter le fonds RER à un niveau suffisant pour accélérer les travaux sur les lignes 124 et 161 ;
  • s’assurer de la dotation suffisante de ces lignes en matériel afin de satisfaire à la demande des usagers ;
  • proposer une modification de l’application de la clé de répartition 60/40 pour qu’elle puisse porter sur l’ensemble d’une législature ; à défaut de pouvoir procéder de la sorte, il faut prioritairement finaliser la ligne 161 pour laquelle tous les permis sont délivrés et les travaux réalisés à plus de 60%, et tout mettre en œuvre pour lever les derniers obstacles à la réalisation des travaux sur la ligne 124 ;
  • revendiquer une consultation préalable du Gouvernement wallon sur les décisions fédérales touchant les lignes ferroviaires stratégiques en Wallonie.

Pour les élus cdH, il est essentiel pour la Wallonie d’assurer une liaison de qualité avec l’important bassin d’emploi bruxellois.  Il serait catastrophique et inacceptable pour notre région de laisser se concrétiser un RER au rabais.