La baisse de l’ISOC pour tous et tout de suite !

Posté le 16 Février 2016 dans Les Communiqués , National


Pendant que les Etats-Unis d’Amérique envisagent de dissuader leurs entreprises de recourir aux intérêts notionnels, le Gouvernement fédéral… se bat pour les maintenir coûte que coûte.


Cela fait plus de 10 ans que le cdH ne cesse d’exprimer le mal qu’il pense des intérêts notionnels, instaurés en 2005 sous le gouvernement Verhofstadt II, à l’initiative du MR.

En dix ans, combien de dizaines de milliards d’euros déjà dépensées ? Pour quels résultats ? A combien d’entrepreneurs belges (PME, TPE, indépendants) cette mesure a-t-elle vraiment profité ? A combien d’entreprises étrangères, et sur quels continents ? Dans quelles proportions financières ? Combien d’emplois cette mesure a-t-elle permis de créer dans notre Pays ?

Rarement l’Etat aura englouti autant de moyens budgétaires sans se soucier d’en objectiver les effets réels.

Au regard de l’ampleur de la facture, l’absence de réponses chiffrées à ces questions pourtant évidentes mériterait à tout le moins que le Parlement commande à la Cour des Comptes un rapport spécifique sur cette mesure.

Pour le cdH, plutôt que chercher à maintenir ce Frankenstein budgétaire, la priorité et l’urgence fiscale vont à une baisse claire et transparente de l’Impôt des sociétés, laquelle profitera (enfin !!!) à toutes les entreprises, en ce compris les plus petites d’entre elles.

Fidèle à ses engagements électoraux, le cdH propose de baisser l’ISOC de 32% à 25% pour tout le monde et jusqu’à 20% pour les PME ! Sans discriminations, ni recours aux subterfuges qui font vivre les spécialistes de l’ingénierie fiscale.

Au cdH, nous soutenons bien plus que l’entreprise. Nous misons sur celles et ceux qui entreprennent, qui créent de la valeur et qui contribuent à ce que leur Pays puisse vivre mieux ! Il est plus que temps de leur rendre justice, en soulageant radicalement la fiscalité qui les étrangle au quotidien.

Le cdH exhorte donc le Mouvement réformateur à abandonner ses lubies notionnelles, à sortir de la trahison de ses engagements électoraux, et à cesser de se draper dans l’hypocrisie d’une responsabilité budgétaire faussement retrouvée ! Mesdames et Messieurs les libéraux, cessez de bloquer ce bouleversement fiscal tant attendu par l’ensemble des créateurs d’activité que compte le Pays.

La baisse de l’ISOC, c’est pour tous et tout de suite !