Brexit : la refondation du projet européen est incontournable

Posté le 24 Juin 2016 dans Les Communiqués , National


Les britanniques ont décidé de quitter l’Union européenne. S’il respecte le résultat du referendum, fruit d’un processus éminemment démocratique, le cdH déplore ce choix déraisonnable de quitter l’Union européenne.


Cette victoire du « Leave » met en évidence un Royaume Désuni, qui s’enfonce dans une zone de turbulences et d’incertitude majeure, dommageable tant pour ses propres citoyens que pour le Continent.

La campagne en faveur du Brexit a dépeint l’Europe sous des traits négatifs et caricaturaux. Par populisme et par intérêt particulier, ses instigateurs ont soufflé sur les braises de la xénophobie, au risque d’entrainer, par contagion, le délitement du projet européen.

En Belgique, majorité et opposition doivent s’unir pour lancer des initiatives et sortir d’une spirale infernale au profit d’un cercle à nouveau vertueux.

Pour les européens convaincus que nous sommes, la décision du Royaume Uni est contraire à l’intérêt général de l’Union, à plus forte raison en temps de crises multiples, économiques migratoires, agricoles et environnementales notamment. Hélas, chacun pressent que nos concitoyens européens partagent de moins en moins cet enthousiasme.

Soyons lucides : le séisme généré par le Brexit doit surtout être l’occasion d’un sursaut d’ampleur pour rendre au projet européen l’âme humaniste dont il a tant semblé manquer ces dernières décennies.

La Commission européenne doit prendre la mesure de la situation et accepter de se remettre en question. Qui peut croire qu’on réenchantera l’Europe à coups de règlements draconiens, de mesures tatillonnes ou en favorisant le dumping social entre ressortissants européens ?

Notre Europe ne peut être réduite à une monnaie commune, ou à un vaste marché. Les valeurs que nous partageons dépassent de très loin les considérations strictement mercantiles dans lesquelles le débat européen s’est trop longtemps laissé enfermer !

Il faut dès à présent enrayer la spirale qui conduirait d’autres États à réclamer des dérogations supplémentaires au détriment de la cohésion européenne.

Claude Rolin, député européen, plaide pour avancer avec ceux qui veulent avancer. « Le cas britannique doit être perçu par tous ceux qui tiennent à l'idéal européen comme une obligation urgente d’agir, de tracer une voie nouvelle pour "mieux d'Europe". Le plus court chemin est que se rassemble un noyau très uni, par exemple entre les pays qui partagent l'euro, autour de ceux qui veulent vraiment une Union plus intégrée où l'on se concerte et où l'on peut décider ensemble. Pour mieux protéger nos intérêts contre le commerce déloyal, harmoniser notre fiscalité, réfléchir à une reconquête industrielle concertée, et en finir avec le dumping social entre Européens. »

Le vote de ce jour appelle un sursaut européen. Il faut saisir l’occasion pour relancer résolument et sans entrave le processus fédéraliste et fédérateur d’intégration européenne.

Tirons les enseignements de ce referendum pour rebondir et relancer le projet européen en le recentrant sur les citoyens. L’Europe doit désormais initier un nouveau virage pour répondre concrètement, efficacement et avec enthousiasme à plusieurs défis : social, bien-être, industriel, économique, financier, monétaire, agricole et migratoire, entre autres.