Suppression de plus de 3000 emplois chez ING : le gouvernement doit obliger ING à assumer ses responsabilités et doit anticiper l’avenir !

Posté le 3 Octobre 2016 dans Les Communiqués , National


Après Caterpillar, Douwe Egberts, Axa, IBM, CP Bourg,… c’est au tour d’ING d’annoncer la suppression de 3158 emplois. Des milliers de familles sont touchées par ce nouveau drame social.


Catherine Fonck, députée fédérale et cheffe de groupe à la Chambre, veut assurer les travailleurs concernés du soutien du cdH.

La députée humaniste demande au gouvernement de rencontrer dans les plus brefs délais la direction et les syndicats d’ING . Il est de la responsabilité d’ING d’assurer la reconversion professionnelle de ces 3158 travailleurs.

Il convient également que le gouvernement rencontre l’ensemble du secteur bancaire, sans attendre de nouvelles procédures Renault, afin d’éviter d’autres drames sociaux. Il doit en effet se pencher en urgence sur l’avenir de l’ensemble du secteur dont il convient de souligner qu’il joue un rôle particulier dans l’économie et qu’il a été, à ce titre, largement renfloué financièrement lors de la crise bancaire.

Ce nouveau drame social montre à nouveau l’importance de maintenir en Belgique les centres de décisions de ce type de grandes entreprises afin qu’elles ne choisissent pas de privilégier les travailleurs de leur pays au détriment de ceux de leurs filiales en rapatriant leurs bénéfices et en licenciant les travailleurs belges. A cet égard, Catherine Fonck exprime sa préoccupation par rapport au maintien de l’ancrage belge de Belfius et, dans un autre secteur, de Brussels Airlines.

Enfin, pour Catherine Fonck, ce nouveau séisme pour l’emploi prouve encore une fois l’urgence d’une véritable gestion économique et sociale du virage numérique que prend notre économie.