Délocalisation de la frappe de la monnaie : Une nouvelle illustration de la déliquescence de l’Etat

Posté le 7 Octobre 2016 dans Les Communiqués , National


Benoît Dispa, député fédéral, dénonce la décision du gouvernement de délocaliser à l’étranger l’activité de frappe de la monnaie. Pour le député humaniste, on touche là à une dimension essentielle de l’Etat puisque la Belgique frappe sa propre monnaie depuis 1832.


Le gouvernement se retranche derrière l'argument financier. Ne plus battre la monnaie pourrait rapporter 2,5 millions par an. Une paille dans le budget de l’Etat. Comme il en a pris l’habitude, le gouvernement préfère réaliser des économies de bouts de chandelles, inutilement vexatoires, au lieu de mettre en place des réformes structurelles.

Benoît Dispa voit dans cette décision une nouvelle étape dans le démantèlement du pays et l’empreinte de la NVA qui touche un symbôle de la Belgique.

Une telle décision est particulièrement regrettable à un moment où la Belgique doit faire face à plusieurs délocalisations d’entreprises. On aurait attendu du gouvernement qu’il ne fasse pas lui-même ce qu’il reproche aux autres.