Courriers accablants de l’AFCN à Electrabel sur la sûreté nucléaire : Catherine Fonck demande la plus grande fermeté aux ministres compétents

Posté le 20 Novembre 2016 dans Les Communiqués , National


Les révélations parues ce samedi dans la presse des courriers de M. Bens, directeur de l’AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire), adressés en juillet et septembre 2016 au CEO d’Electrabel et à la présidente du Conseil d’Administration d’Electrabel (qui est aussi la patronne d’Engie) sont particulièrement interpellants puisqu’ils mettent en évidence des manquements sérieux à la sûreté de toutes les centrales nucléaires.


En effet, des études sur la résistance à un incendie sont obligatoires depuis le 1er janvier 2016. Selon l’AFCN, les résultats de ces études sont désastreux pour toutes les centrales nucléaires.  Electrabel doit affiner ces études mais doit surtout mettre en place les moyens nécessaires pour résoudre les problèmes mis en évidence.

Par ailleurs, sur le site de Tihange (centrales Tihange 1, 2 et 3), l’AFCN a entrepris des démarches judiciaires à 2 reprises sur la dernière année. Malgré cela, les courriers de M. Bens pointent l’insuffisance de proactivité dont fait preuve Electrabel en matière d’actions qui permettraient de faire évoluer positivement le niveau de sûreté et dénoncent son incapacité à réagir rapidement et efficacement. Suite à la nouvelle inspection du 12 août 2016, l’AFCN retient que ces problèmes mettent« en péril le maintien d’un niveau de sûreté satisfaisant ».

Catherine Fonck, députée fédérale et cheffe de groupe cdH à la Chambre, estime que ces différents courriers démontrent une forme de passivité généralisée face à ces manquements graves à la fois d’Electrabel ainsi que des autorités politiques. Ces informations ne pouvaient pas être inconnues des ministres de l’Intérieur Jambon et de l’Energie Marghem. Ils ont pourtant répété que « un plan d’action était implémenté et que tout allait bien ».

Catherine Fonck demande que toute la transparence soit faite, avec honnêteté et précision, et que les garanties soient données pour que toutes les exigences en matière de sécurité soient respectées dans la plus grande urgence et sans aucune concession ! Il ne peut être question de brader la sécurité de quelque manière que ce soit. La plus grande fermeté et la plus grande rigueur des ministres sont indispensables.

Le cdH interrogera le directeur de l’AFCN ce mardi en commission sur ce dossier, et interpellera également les ministres de l’Intérieur et de l’Energie.

Même si la situation est difficile actuellement en termes d’approvisionnement, cela ne peut en rien justifier une politique laxiste en matière de sécurité nucléaire et donc de sécurité du citoyen.