Crédits-temps : Catherine Fonck se réjouit des avancées qui permettront un meilleur équilibre vie familiale-vie professionnelle !

Posté le 21 Décembre 2016 dans Les Communiqués , National


Catherine Fonck, députée fédérale et cheffe de groupe cdH à la Chambre, se réjouit de l’accord obtenu au sein du Conseil National du Travail (CNT) entre employeurs et syndicats et la signature d’une nouvelle convention collective sur le crédit-temps, une preuve supplémentaire que la concertation sociale fonctionne quand elle est correctement mise en place.


Pour le cdH, le congé parental à 1/10e temps, soit ½ journée par semaine et l’extension de 48 à 51 mois maximum pour permettre à des travailleurs de s’occuper d’un proche malade ou nécessitant des soins quotidiens ou pour s’occuper d’un enfant jusqu’à l’âge de 8 ans constituent des avancées importantes.

Ces mesures vont dans le bon sens en termes d’équilibre vie privée – vie professionnelle cher au cdH et pour lequel Catherine Fonck a déjà déposé une série de propositions sur le droit à la déconnexion, le droit au télétravail, l’aménagement qualitatif des fins de carrières, par exemple.

La cheffe de groupe cdH à la Chambre propose également d’aller un pas plus loin en agissant d’une part sur l’étalement du crédit-temps et sur la limite d’âge de l’enfant, d’autre part. Des mesures qui visent à ce que le crédit-temps soit davantage en adéquation avec le quotidien des travailleurs et, ce, sans engendrer de coût supplémentaire.

En effet, les travailleurs entrant dans les conditions pour prétendre à un crédit-temps disposent d’un crédit fixe de 36 ou, désormais, 51 mois en fonction de la formule choisie. Ces durées de 36 ou 51 mois ne sont pas calculées proportionnellement en cas de crédit-temps à mi-temps ou à 1/5e temps. Autrement dit, ces durées de 36 ou 51 mois sont les mêmes, quelle que soit la forme de crédit-temps (à temps plein, à mi-temps ou à 1/5e temps).

Catherine Fonck rappelle qu’une proposition est toujours sur la table afin de permettre d’étaler et donc de prendre un crédit-temps à mi-temps pendant 102 mois ou un crédit temps 1/5e pendant 255 mois et ce afin de mieux tenir compte des réalités familiales et professionnelles.

Enfin, Catherine Fonck plaide toujours pour que l’âge limite de l’enfant permettant de prendre un crédit-temps en vue de s’occuper de son enfant passe de 8 à 15 ans. En effet, il est n’est pas rare que ce soit à l’adolescence que les parents aient besoin de passer plus de temps avec leurs enfants afin de les guider et de les aider à surmonter les difficultés qu’ils peuvent traverser.