De la vérité aux mensonges : la démission de Theo FRANCKEN est une nécessité démocratique

Posté le 26 Décembre 2017 dans Les Communiqués , National


Le 7 avril 2017, le Secrétaire d’Etat à la Migration indiquait dans une interview à la Libre : « Je ne peux pas [expulser des Soudanais vers leur pays], parce que je dois alors négocier avec un dictateur ».


Le 22 décembre dernier, le Secrétaire d’Etat à la Migration a reconnu un « petit mensonge », après avoir déclaré qu’aucun rapatriement de Soudanais n’était prévu durant le mois de janvier 2018. Auparavant, il avait également affirmé n’avoir reçu aucun signal avertissant que les migrants renvoyés au Soudan étaient torturés.

Dissimulations et mensonges.

On sait désormais que de nouvelles opérations de rapatriement sont prévues durant le mois de janvier 2018. Plus grave, une note du Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA), envoyée au même Secrétaire d’Etat, stipule clairement que le simple fait d’être Soudanais noir mérite une protection en raison du risque d’un traitement dégradant et inhumain, dû au régime politique en place.

On est loin d’un petit mensonge. Le Secrétaire d’Etat a consciemment menti au Premier Ministre, aux parlementaires et à l’ensemble des Belges.

Pour le cdH, il n’y a désormais qu’une option : remettre sa démission.

Dans le cas présent, les mensonges et les dissimulations ont eu pour conséquence de détourner la loi pour renvoyer des personnes prendre le risque de se faire torturer dans leur pays. C’est gravissime et odieux.

Aucun gouvernement démocratique digne de ce nom ne peut accepter de garder en son sein un membre qui se comporte de cette façon.