Premier réseau européen des Ministres en charge de l'Egalité entre les femmes et les hommes

Posté le 30 Septembre 2013 dans Les Communiqués , National , Sécurité/Police/Justice


La ministre des Droits des femmes et porte-parole du Gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem, et la vice-Première ministre belge, ministre de l’Intérieur et de l’Egalité des chances, Joëlle Milquet ont réuni ce jour pour la première fois le Réseau européen des ministres en charge des droits des femmes et de l’égalité des chances ». 19  pays européens se sont engagés, dans le cadre d’une Déclaration « Pour une égalité réelle entre les femmes et les hommes », à inscrire les droits des femmes au cœur des agendas nationaux, européens et internationaux et à les placer au cœur de l’agenda post-2015 pour le développement.


Ce réseau sera un cadre informel et permanent d’échanges au plus haut niveau pour faire progresser les droits des femmes au sein de l’Union européenne à travers notamment deux types d’action :  

1/Ce réseau plaidera pour une meilleure prise en compte de la dimension égalité dans la gouvernance économique européenne.. Alors qu’en cette période de crise économique et sociale, affectant plus durement les femmes, l’attention portée à la promotion des droits de la femme est contestée, une mobilisation politique est nécessaire pour en faire une "condition de la reprise", une préoccupation systématique de l’ensemble de nos politiques publiques, notamment dans le cadre de la « Stratégie Europe 2020 ». L’Europe de la croissance intelligente, inclusive et durable ne pourra pas s’accomplir sans les femmes. 

2/ Ce réseau sera également une plateforme de vigilance commune face aux risques croissants de remise en cause au niveau international. L’expérience de la dernière Commission de la Condition de la Femme, en mars 2013, aux Nations Unies, à New York, où la cohésion des Etats européens a été décisive, montre la nécessité d’une action concertée, collective. Les pays européens doivent davantage mettre leur poids politique au service des campagnes menées pour l’adhésion universelle aux conventions protectrices des droits des femmes, notamment des droits sexuels et reproductifs.