Rencontre positive entre la Ministre de l'Intérieur, la police et les syndicats

Posté le 7 Septembre 2012 dans Les Communiqués , National


Une même volonté: conclure ensemble un plan global et un protocole d'accord relatifs à la lutte contre la violence à l'égard des policiers.


La Vice-Première ministre et ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a présidé aujourd’hui  la première réunion de travail avec les représentants syndicaux sur les moyens de renforcer la lutte contre la violence à l’égard des policiers. Durant cette réunion, qui s’est déroulée dans un climat constructif, les différentes parties ont eu l’occasion d’exprimer leurs points de vue et leurs attentes.

La ministre a redit à quel point ce dossier était prioritaire tant pour elle que pour le gouvernement et elle a proposé différents thèmes à aborder ainsi qu’une méthode de travail. La Commissaire générale de la police fédérale, Catherine De Bolle, ainsi que le président de la Commission permanente de la police locale, Jean-Marie Brabant, ont tous deux tenu à assister en personne à cette réunion pour souligner eux aussi l’importance d’avancer en la matière. L’avocat général à la Cour d’Appel de Mons, Léon Oldenhove de Guertechin, désigné par le collège des Procureurs généraux, et des représentants des secrétariats administratifs et techniques du cabinet de l'Intérieur et de la Justice étaient également présents.

Cette réunion a permis d’aboutir à un calendrier précis avec la mise en place de quatre groupes de travail qui se réuniront dès la semaine prochaine sur des thématiques spécifiques. Une nouvelle réunion de suivi a été fixée le 26 septembre.

Le premier groupe de travail se concentrera sur la prévention et la formation, et le deuxième sur l’analyse du phénomène de la violence à l’égard des policiers. Le troisième groupe de travail abordera le suivi et l’accompagnement des victimes (pour analyser notamment la problématique de l'indemnisation des dommages et des coûts) et le quatrième traitera du suivi et de la rapidité des procédures judiciaires. Toute forme de violence doit en effet avoir des conséquences juridiques pour que cette politique de sanction ait un effet vraiment dissuasif et que cesse le sentiment d’impunité, avec une politique uniforme au sein des différents arrondissements.

L’objectif est d’aboutir idéalement en novembre à un plan global pour combattre prioritairement la violence contre les services de police, mais aussi à un protocole d’accord entre les différentes autorités du pays sur ce point.  En outre, afin que la population et la police elle-même soient davantage encore sensibilisées, la ministre annoncé le lancement prochain d’une campagne, qui permettra de sensibiliser le grand public à davantage de respect envers les personnes ayant des fonctions d'autorité.