Taxe sur les transactions financières: le Parlement européen fait monter la pression !

Posté le 23 Mai 2012 dans Les Communiqués , Europe


Taxe sur les transactions financières: le Parlement fait monter la pression!

Le Parlement européen, réuni en séance plénière à Strasbourg a voté en faveur de la proposition de directive du Conseil établissant un système commun de taxe sur les transactions financières (TTF) et modifiant la directive 2008/7/CE. A l'issue du vote, Anne Delvaux, députée européenne (PPE-cdH) s'est félicitée des résultats, rappelant la nécessité de créer de nouvelles sources propres pour l'UE.


L'instauration d'une TTF permettra que le secteur financier participe équitablement au coût de la crise actuelle, après avoir bénéficié d'un soutien massif de la part des pouvoirs publics au début de celle-ci. "Nous attendions ce vote depuis longtemps! Le comportement à risque et parfois inconscient du secteur financier a grandement nui à l'économie mondiale. Les contribuables, par le renflouement des banques, ont du supporter des coûts considérables pour sauver le secteur financier. Aujourd'hui, alors que les Etats membres sont drastiquement en train de procéder à l'assainissement de leurs finances publiques, il était non seulement plus que temps mais aussi tout à fait légitime que le secteur financier assume sa part de responsabilités !" souligne l'eurodéputée.

En outre, un cadre coordonné au niveau de l'Union européenne contribuera au renforcement du marché intérieur des services financiers, en évitant les distorsions de concurrence et en décourageant les activités de négociation risquées. La taxe sur les transactions financières permettra de prévenir la fraude, d'éviter la double imposition et de réduire au minimum les distorsions de concurrence sur le marché unique européen.

La balle est maintenant dans le camp du Conseil ECOFIN qui prendra sa décision le 22 juin prochain. A cette occasion, la députée Anne Delvaux espère que le vote d'aujourd'hui contribuera à accroître la pression politique sur les Etats membres et que ceux-ci surmonteront leurs divergences pour mieux dégager des orientations communes probantes. "J'ose espérer que dans un avenir proche les turbulences économiques et financières ne seront plus uniquement supportées par nos concitoyens. J'invite les ministres des Finances des 27 Etats membres à trancher en ce sens. Il s'agira alors d'un signal fort en faveur de l'introduction d'une taxe de ce type au niveau mondial... Et dire que la proposition de James Tobin date de près de 40 ans!".