Projet "Décolâge !": promouvoir une évolution positive du parcours de l'enfant de la maternelle à la fin de la deuxième primaire

Posté le 27 Mars 2012 dans Les Communiqués , Fédé Wallonie-Bruxelles , Enseignement/Famille


Personne ne se réjouit du maintien ou du redoublement d’un élève. Nous savons aujourd’hui, notamment grâce aux études universitaires et aux Indicateurs de l’enseignement, que ces pratiques ne facilitent pas la suite du parcours scolaire. Elles restent néanmoins répandues dans notre système scolaire faute d’alternatives crédibles.


Le projet « Décolâge ! », à l’initiative de la Ministre de l’Enseignement obligatoire et de Promotion sociale de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Marie-Dominique SIMONET, fait le pari que ces alternatives existent et qu’elles sont praticables dans nos écoles. Il cherche à mobiliser, dans la même dynamique, tous les adultes concernés : enseignants, chefs d’établissement, membres du service d’inspection, conseillers pédagogiques, agents des Centres PMS, formateurs d’enseignants,… L’enjeu prioritaire de ce projet est de promouvoir une évolution positive du parcours scolaire de chaque enfant, dès la 1ère maternelle et de faire disparaître ainsi progressivement les pratiques de maintien et de redoublement entre 2,5 et 8 ans. 

Dans le cadre du projet« Décolâge ! », la Ministre a décidé d’organiser, à l’attention des directeurs etenseignants des écoles fondamentales, des directions et membres du personnel des centres PMS, des conseillers pédagogiques, des membres du service général de l’inspection, des opérateurs de formation, des membres du personnel des catégories pédagogiques des Hautes Ecoles, une série de réunions d’information durant le mois de mars 2012.

L’objectif de ces réunions est de lancer la dynamique du projet, clarifier ses objectifs, annoncer les dispositifs d'information, de formation et de soutien qui seront mis en œuvre maiségalement réunir les acteurs scolaires concernés afin d’encourager les collaborations au bénéfice des enfants.

Ce mardi 27 mars 2012, la Ministre a présenté, avec les membres des équipes de recherche de l’ULB et de l’ULg, des directeurs d’établissements venus apporter leurs témoignages et l’IFC, le projet « Décolâge ! » et ses enjeux à Liège devant plus de 250 professionnels de l’éducation.

Selon la Ministre, le non-redoublement ne se décrète pas : il s’insuffle, et se propage. L’objectif du projet « Décolâge ! » est donc de faire émerger des démarches innovantes ou renforcer des pratiques existantes qui permettent à tous les enfants de se développer, d’apprendre, en proposant des parcours adaptés, différenciés en tenant compte des intelligences multiples, des différents rythmes et des contextes particuliers.

Le projet « Décolâge ! » s’articule autour de 3 temps : l’information, la formation et l’action ; et il se base sur 3 formes de soutien : des supports (pistes d’action et outils à partager ou à inventer) ; des dispositifs tels que la concertation, le compagnonnage, les plans de formation ou encore l’accompagnement des conseillers pédagogiques ; et des personnes ressources. Le projet « Décolâge ! » entend mobiliser les ressources existantes et les fédérer au niveau de l’ensemble des acteurs du système éducatif.

Plus concrètement, en s’engageant dans ce projet, l’équipe éducative s’engage à fédérer ses moyens, sur la base d’une approche collaborative, autour non pas du concept de lutte contre l’échec mais bien réellement des difficultés vécues par chaque enfant afin de construireavec eux une progression positive. Pour ce faire, chaque équipe sera invitée à développer notamment un Plan individuel d’accompagnement (PIA) pour chaque enfant en difficulté. Ce plan constituera la mémoire du travail accompli enfonction des constats posés permettant d’articuler les réponses à ceux-ci.

Dans une optique d’approche collaborative, un Comité de pilotage, composé d’acteurs locaux, intermédiaires et globaux aidera les écoles engagées dans le projet « Décolâge ! » à trouver les ressources nécessaires. Une plate-forme « Décolâge ! » sera mise en ligne sur le sitewww.enseignement.be. Elle mettra à disposition des ressources et permettra de les alimenter des projets mis en place par les écoles elles-mêmes. Une circulaire sera envoyée dans le courant du mois d’avril à l’attention de l’ensemble des acteurs de l’enseignement, précisant les modalités pratiques du projet « Décolâge ! ». Quatre journées de travail seront organisées conjointement à l’attention des conseillers pédagogiques, des agents CPMS, et des formateurs IFC et en Haute école. Les écoles seront ensuite invitées à soumettre leurs intentions dans le cadre de ce projet, projet qui lui-même débutera dès la rentrée prochaine.

Pour Marie-Dominique Simonet, la lutte contre l’échec scolaire s’appuie sur ce qui se vit déjà aujourd’hui, chaque jour, dans chacune des équipes éducatives. Notre rôle consiste à permettre la mise en réseau des pratiques et les échanges entre les acteurs. Et la condition essentielle à la réussite d’un tel projet est que tout le monde se mette en mouvement, ensemble. En ce compris les élèves et leurs parents. En ce compris les acteurs de la formation initiale. C’est ce qui se cache derrière le mot « Décolâge » : contraction improbable de trois mots : décoller, école et âge.