Survol : Melchior Wathelet présente des solutions à court terme pour soulager tous les Bruxellois

Posté le 6 Mai 2014 dans Les Communiqués , National , Mobilité/Transport


Ces mesures visent à réduire les nuisances sonores par l’optimalisation de l'utilisation des pistes de décollage et des routes vers le sud ; dans le strict respect de la capacité aéroportuaire et des accords de 2008 et de 2010.


A très court terme :

1. La nuit : on modifie le système d'utilisation préférentielle des pistes de décollage. Cela signifie  qu’il n’y aura aucun survol sur l’ancienne et la nouvelle route virage gauche à 1700 pieds entre 22h et 7h (au lieu de 23h et 6h).

2. La journée (entre 7 et 22h) : au lieu d’utiliser exclusivement la nouvelle route on donne désormais la préférence à la 19-25D ( route IKEA) pour autant que la capacité le permette (on ne passe en décollages 25 Droite pour le sud lorsque c'est nécessaire pour absorber le trafic).

3. Certaines compagnies aériennes privilégieront à notre demande l'utilisation de la route du Ring (balise de Chièvres) plutôt que celle de la E411 (balises Sopok, Pites, Roussy) et traverseront la France plutôt que le Luxembourg et la Suisse pour aller vers certaines destinations du sud (Nice, Marseille, Lyon, Corse, Tunisie, etc.).

4. Ces 3 mesures seront en plus accompagnées de la mise en place d’un nouveau contrôle a priori (autorisation préalable obligatoire du directeur général du transport aérien ou de son délégué pour toute dérogation à toute réglementation) et a posteriori (enquête de l’inspection aéronautique et procédure pénale éventuelle pour toutes les infractions constatées, sur base d’un reporting journalier mis en place en collaboration avec Belgocontrol et le service de médiation.)

Concrètement cela signifie une réduction du trafic sur la nouvelle route de moitié en journée et une réduction à zéro entre 22h et 7h du matin.

A moyen terme :

Dès lundi le groupe de travail constitué sous la présidence du président du SPF mobilité se réunira pour analyser les différentes pistes qui doivent tourner autour des axes suivants:

1. un investissement dans les infrastructures de l'aéroport de Bruxelles-national, avec un allongement de la piste 25 Gauche et un taxiway permettant d'utiliser davantage cette même piste 25 Gauche, ce qui permettrait de virer plus tôt vers le sud sans survoler Bruxelles et en privilégiant des zones non peuplées

2. la mise en place d'une véritable politique aéroportuaire fédérale, avec notamment une délocalisation du low cost et du cargo en passant par des investissements

3.  réflexion sur d'éventuelles nouvelles routes visant a diminuer le survol de Bruxelles

Melchior Wathelet : « Ce dossier m’occupe depuis de nombreuses semaine car personne ne peut rester insensible aux différentes interpellations des riverains. Je l’ai dit depuis le début : pour moi la solution n’est pas en retour en arrière. C’est pour cette raison que j’ai cherché des solutions pour améliorer la situation des communes nouvellement survolées sans renvoyer les nuisances vers d’autres Bruxellois. Les solutions que je propose aujourd’hui assurent une amélioration tout en s’inscrivant dans le cadre des accords de 2008 et 2010. Des modifications ultérieures devront être apportées, et le cdH et moi-même nous y engageons, mais celle-ci nécessiteront des négociations entre les différents partis qui formeront le prochain gouvernement. Il était urgent d’agir rapidement, c’est chose faite. »