Prestations de serment des Députés fédéraux

Posté le 19 Juin 2014 dans Les Communiqués , National , Chambre


Ce jeudi 19 juin, les 9 élus cdH à la Chambre des représentants ont prêté serment en séance plénière.


Dans la phase d’élaboration des accords de majorité, Catherine FONCK a accepté à titre temporaire de poursuivre son travail de Chef de groupe cdH à la Chambre.

Parmi ces 9 Députés cdH, deux prêteront serment à la Chambre pour la première fois : Isabelle PONCELET et Benoît DISPA. Ils deviendront Députés fédéraux aux côtés de Catherine FONCK, Benoît LUTGEN, Melchior WATHELET, Céline FREMAULT, Francis DELPEREE, Christian BROTCORNE et Vanessa MATZ.

Voici un bref portrait de l’ensemble de l’équipe cdH de la Chambre.

Isabelle PONCELET, élue de la circonscription électorale de Luxembourg

PONCELET_ISABELLE_cadré.jpgIsabelle PONCELET est née à Arlon le 13 mars 1967.

C’est en 2001 qu’elle débute sa carrière politique au niveau communal, puisqu’elle est élue conseillère pour la commune de Habay. Elle sera alors de toutes les campagnes.

Avant d’entrer en politique, Isabelle PONCELET était déjà une personnalité - et surtout une voix - bien connue au sud de la Province de Luxembourg grâce à ses nombreuses activités musicales : passionnée de musique depuis sa plus tendre enfance, elle s’intéresse particulièrement au chant chorale et rejoint d’ailleurs le Chœur de chambre de Namur en 1996. Licenciée en musicologie mais aussi en histoire, elle enseignera ces deux matières dès 1991.

En 2006, elle devient Députée provinciale avec notamment la mission de mettre sur pied un pôle Développement Durable dans la province de Luxembourg. Elle quitte donc l’enseignement. Pour des raisons d’agenda, il ne lui est plus possible de poursuivre son engagement dans le Chœur de chambre de Namur, qu’elle quitte avec regret.

En 2012, le groupe politique communal dont elle fait partie renverse la majorité en place et obtient une majorité absolue de 12 sièges sur 19. Elle prend donc les fonctions de Bourgmestre de la commune de Habay et récupère ses premières amours d’enseignante à mi-temps à la Haute Ecole Henallux, département pédagogique de Bastogne.

En 2014, élue Députée fédérale, elle quitte à nouveau les bancs de l’école… pour gagner cette fois ceux de la Chambre des représentants !

Benoît DISPA : élu de la circonscription électorale de Namur

DISPA_BENOIT_cadré.jpgBenoît DISPA est né le 18 septembre 1963 à Liège.

Romaniste de formation, ce père de trois enfants entame une carrière d’enseignant à l’Université de Namur avant de s’orienter vers la Cour des comptes où il est devenu 1erAuditeur.

A plusieurs reprises, il a été détaché dans des cabinets ministériels, comme chef de cabinet adjoint et conseiller budgétaire, auprès des Ministres Jean-Pol PONCELET, André ANTOINE, Benoît LUTGEN et enfin Carlo DI ANTONIO.

Epris de démocratie locale et d’engagement humaniste, Benoît DISPA entame son parcours politique communal à Gembloux aux élections locales d’octobre 2000. Il est élu et désigné Echevin. Devenu Bourgmestre en 2006, il est reconduit en 2012. Depuis 2006, Benoît DISPA siège également au Conseil provincial de Namur.

Ses matières de prédilection sont la sécurité (police et secours), les questions budgétaires, mais également les dossiers relatifs au développement économique et à la mobilité.

Catherine FONCK, élue de la circonscription électorale de Hainaut

FONCK_CATHERINE_cadré.jpgCatherine FONCK est née le 22 septembre 1968 à Ciney.

Docteur en médecine (UCL, 1993), Catherine FONCK est spécialiste en médecine interne et néphrologie. En janvier 2003, alors qu’elle exerce comme Médecin au sein du service de néphrologie et de dialyse au Centre Hospitalier de Mons, elle s’engage en politique. Après avoir soigné l’humain, c’est au chevet de notre société qu’on la retrouvera désormais. Par foi, par passion, celle qui est alors jeune maman a à cœur d’œuvrer au renouveau démocratique en Belgique.

Elle est élue à la Chambre en juin 2003 et devient, un an plus tard, Ministre du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avec des compétences en parfaite adéquation avec son parcours : la santé, l’enfance et l’aide à la jeunesse. Elle a notamment mis en place le plan cigogne II qui a permis la création de plus de 8000 places de crèches, réformé la procédure d’adoption, œuvré en faveur de la prise en charge plus précoce des mineurs en difficultés et des mineurs délinquants, ou encore mis en place les programmes de dépistage de la surdité néonatale et du cancer du colon.

En juillet 2009, de retour au Parlement fédéral, elle devient chef du groupe cdH à la Chambre des représentants. Elle continue à suivre de près les thématiques médicales et est particulièrement active en Commission des Affaires sociales et de la Santé dans les compétences emploi, santé, pension, famille, sécurité sociale, personnes handicapées.

Femme engagée, passionnée et de caractère, elle ne compte pas les heures qu’elle consacre à ses dossiers et en commissions pour défendre ses idées. Jonglant entre son mandat de Conseillère communale à Frameries et sa Présidence de groupe à la Chambre, elle mène une vie à 100 à l’heure, dans laquelle elle conserve toujours une place essentielle pour sa famille, à qui elle estime qu’elle ne consacre jamais assez de temps. Elle avoue aimer la vitesse et l’adrénaline…quand elle pratique le ski ou la voile.

Elle s’investit aussi bénévolement dans la gestion des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles, du CHR Mons-Hainaut et de l’asbl MMI (Maison de repos et de soins, service pour personnes handicapées, crèches, résidences-services, service de soins palliatifs).

Benoît LUTGEN : élu de la circonscription électorale de Luxembourg

BenoLUTGEN_BENOIT_cadré.jpgît LUTGEN est né le 10 mars 1970 à Bastogne.

Coordinateur de la campagne électorale du PSC (Parti Social Chrétien) dans la province du Luxembourg dans les années 1998-1999, Benoît LUTGEN organise et coordonne également l’opération de sensibilisation au don d’organes « Bourgmestre en C(h)oeur ». Il y associe l’ensemble des mouvements de jeunesse politique.  Plus de 400 bénévoles participent à cette opération le jour des élections.  Résultat : 7.000 nouveaux inscrits positifs dans le registre national du don d’organes le dimanche 13 juin 1999.

En 2001, Benoît LUTGEN devient le Directeur de l’animation et ensuite le Secrétaire général faisant fonction du PSC. Il rejoint une équipe jeune et dynamique emmenée par la Présidente Joelle Milquet qui s'est battue pour ouvrir le PSC vers d'autres tendances de la société, et le transformer en Centre Démocrate Humaniste (cdH), le 18 mai 2002. Le cdH propose depuis lors un projet collectif en phase avec la société du XXIème siècle, se positionnant au centre de l’échiquier politique et investissant sur les compétences personnelles permettant le développement de chaque individu. En 2002, Benoît LUTGEN devient le Secrétaire général du PSC.

En 2003, il se présente, pour la première fois, aux élections fédérales. Directeur national de la campagne du cdH et candidat au Sénat (5e suppléant), il obtient 22.484 voix de préférence. Il devient alors administrateur-délégué du centre d'éducation permanente, le Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation (CPCP).

L'année suivante, à nouveau directeur national de la campagne cdH, Benoît LUTGEN se présente, cette fois, aux élections régionales (1er suppléant sur l’arrondissement Arlon-Marche-Bastogne) et européennes (8ème effectif). Il obtient respectivement 10.018 et 31.942 voix de préférence. A 34 ans, il devient Ministre wallon de l'Agriculture, de la Ruralité, de l'Environnement et du Tourisme le 19 juillet 2004. Lors des élections fédérales de juin 2007, il se présente à la Chambre des Représentants dans la circonscription de la province du Luxembourg. Il obtient 24.331 voix de préférence mais demeure Ministre au Gouvernement wallon.

Tête de liste lors des élections régionales du 7 juin 2009 sur la circonscription Arlon-Marche-Bastogne, Benoît LUTGEN obtient 19.607 voix de préférence. Avec ce score, il décroche le deuxième taux de pénétration de Wallonie (21,04% - pourcentage de voix de préférence sur son propre arrondissement). Avec son équipe, il parvient à obtenir un siège supplémentaire pour le cdH. Le 16 juillet 2009, il reste membre du Gouvernement wallon et devient Ministre des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine.

Tête de liste à la Chambre au scrutin fédéral de 2010, Benoît LUTGEN confirme ses résultats électoraux où il obtient 33.038 voix de préférence sur la Province de Luxembourg. Avec son équipe, il parvient de nouveau à décrocher un siège supplémentaire pour le cdH.

Benoît LUTGEN a pris ses fonctions de Président le 1 septembre 2011.  Il a négocié l’ensemble des volets budgétaire et socio-économique de l’accord de Gouvernement. Le 15 décembre 2011, il a quitté son poste de Ministre et est devenu Député à la Chambre des Représentants.

En  2012, Benoît LUTGEN, se présente comme tête de liste aux élections communales à Bastogne. Il obtient 4.548 voix et devientBourgmestre de Bastogne (Province de Luxembourg).

Tête de liste à la Chambre aux dernières élections fédérales de mai 2014,  Benoît LUTGEN a obtenu 36.340 voix de préférence et décroche le 3ème taux de pénétration de tout le pays.

Melchior WATHELET : élu de la circonscription électorale de Liège

WATHELET_MELCHIOR_cadré.jpgMelchior WATHELET est né le 30 septembre 1977 à Verviers.

Engagé dès le plus jeune âge dans les mouvements de jeunesse, son parcours scolaire se déroule principalement dans sa ville natale mais aussi en partie en néerlandais à Bilzen. Il entreprend ensuite des études de droit : à Namur pour les candidatures, puis à l’UCL pour les licences et enfin à Southampton pour un master. Il exerce la profession d’avocat, au Barreau de Liège, durant 6 années. A ce jour, il enseigne le droit à l’Institut des Hautes Etudes de Communication Sociale (IHECS).

Dès 2003, il est élu Député fédéral. Il a été chef de groupe cdH à la Chambre et il est Conseiller communal à Verviers depuis 2006. En 2008, il intègre le Gouvernement fédéral en tant que Secrétaire d’Etat à la Politique des Familles et du Budget. Un an plus tard, la politique de l’Asile et la Migration s’ajoute à ces compétences.

Depuis fin 2011, Melchior WATHELET est chargé des politiques de l’Energie, de l’Environnement, de la Mobilité et des Réformes Institutionnelles.

Céline FREMAULT : élue de la circonscription électorale de Bruxelles

FREMAULT_CELINE_cadré.jpgCéline FREMAULT est née le 26 décembre 1973 à Ixelles.

Elle a grandi dans un univers familial très engagé. Pas étonnant donc qu'elle ait franchi le pas de la politique en se présentant aux élections communales à 20 ans  et qu'elle se soit tournée vers les études de droit. Passionnée par les questions institutionnelles, elle devient en 1998 assistante du Professeur Francis DELPEREE à l'UCL  et, un an plus tard,assistante parlementaire au groupe PSC du Sénat où elle participe notamment aux travaux de la commission Egalité hommes-femmes. C'est le début de son engagement en faveur de la cause féminine.

Céline FREMAULT est élue Députée au Parlement bruxellois en 2004 et réélue en 2009. Elle devient alors chef du groupe cdH et assume parallèlement la Présidence nationale des femmes du cdH Elle trouve aussi le temps d'écrire un ouvrage Egaux ? Pièges et réussites de l'égalité hommes-femmes, qui fait le point sur la question.

Au terme des élections communales de 2012, elle est nommée Echevine des Familles, des Crèches, de la Santé et de l'Egalité des chances dans sa commune d'Uccle. Des compétences qui conviennent bien à cette maman de 4 enfants, attachée à sa famille. Le 8 mars 2013, elle est appelée à reprendre le portefeuille de Benoît CEREXHE comme Ministre bruxelloise de l'Economie, de l'Emploi, de la Recherche scientifique, du Commerce extérieur, du Commerce, de la Santé, de la Formation des Classes moyennes et de la Fonction publique. Un défi qu'elle a relevé avec enthousiasme et énergie en imprimant sa marque.

Sur le terrain de l'économie, Céline FREMAULT a pris de nombreuses initiatives pour soutenir les PME et l'entrepreneuriat, dont la création d’une première zone franche et la mise sur pied d'une plate-forme dédiée à la promotion de l’entrepreneuriat féminin. En matière d'emploi, elle s'est préoccupée avant tout des publics plus exposés en renforçant leur accompagnement à travers de nouveaux services au sein d’Actiris: « Youth Garanty » pour booster l'emploi des jeunes de moins de 25 ans, « Back to work » dédié aux femmes rentrantes  et «  Pool H », projet de sensibilisation à l’embauche de personnes handicapées.

A la fibre politique, Céline FREMAULT joint une fibre pédagogique. Elle enseigne le droit public depuis 2001 à l'Institut Cardijn, et a publié un livre d'éveil à la politique Dis, c'est quoi la politique ? destiné aux enfants de 8 à 12 ans.

Francis DELPEREE : élu de la circonscription électorale de Bruxelles

DELPEREE_Francis_cadré.jpgFrancis Delpérée est né le 14 janvier 1942 à  Liège.

Il n’est pas rare aujourd’hui que des parlementaires qui croisent Francis DELPEREE aux détours d’un couloir, le saluent d’un « Bonjour, Monsieur le professeur ! ». Il faut dire qu’avant de siéger dans l’hémicycle, il a capté l’attention de trente-cinq mille étudiants de l’Université catholique de Louvain, où il dispensait le cours de droit constitutionnel.

Francis DELPEREE a été lui-même étudiant à l’UCL. Il gagne ensuite Paris pour y réaliser un doctorat, sa thèse porte sur « Le droit disciplinaire dans la fonction publique ». Ce thème est traité au moment même où les règles disciplinaires sont mises à mal par une révolution sociale et culturelle. Ce passionné de droit se sent davantage « professeur » que « juriste ». C’est donc tout naturellement qu’il reste à l’Université mais, cette fois, pour y enseigner. A Louvain et à Bruxelles (Saint-Louis). Il y dispensera des cours de droit constitutionnel de 1968 jusqu’en 2007, année de son éméritat. Près de quarante ans.

Enseigner est plus qu’un métier pour lui : c’est une vocation. Inculquer des notions, expliquer des règles, développer l’esprit critique… Autant de missions qui lui tiennent à cœur et qui ont toujours guidé ce pédagogue hors pair.

Parmi ses élèves, on trouve Le Roi Philippe. Le Roi Baudouin avait, en effet, souhaité qu’il lui dispense des cours de droit constitutionnel. Francis DELPEREE a, par ailleurs, été nommé baron par le Roi Baudouin en 1993. Cette désignation témoigne des relations de confiance qui régnaient entre les deux hommes.

2001 marque un tournant dans l’orientation professionnelle de Francis DELPEREE. Guy Verhofstadt méconnaît ouvertement les règles de la Constitution en régionalisant la loi communale. Les levées de bouclier du Conseil d’Etat et de nombreux universitaires n’y changeront rien. Francis DELPEREE a l’impression de « crier dans le désert». Il décide de devenir lui-même acteur politique. En 2004, le professeur devient Sénateur. Il préside le groupe cdH du Sénat depuis 2007. De 2004 à 2007, il siègera également comme Député à la Région bruxelloise ainsi qu’à la Communauté française. Depuis 2006, il est conseiller communal à Woluwe-Saint- Pierre.

Président du Conseil d’administration de la Revue générale, il y publie tous les mois un éditorial sur les thématiques politiques et institutionnelles. Ces publications viennent compléter une série impressionnante d’ouvrages touchant au droit constitutionnel, au droit européen, au fédéralisme et à la citoyenneté. Francis Delpérée dirige également la Revue belge de droit constitutionnel.

Depuis juillet 2011, il préside Enéo, le mouvement social des aînés, partenaire des Mutualités chrétiennes. A côté de son travail au Parlement, il se consacre à ses activités de constitutionnaliste, notamment à l’étranger, où il est consulté comme expert ou sollicité pour dispenser des conférences (Canada, Chypre, Liban, Maroc, Tunisie…).

Après les élections de 2014, Francis Delpérée quitte le Sénat pour siéger à la Chambre des représentants.

Lorsqu’il en a l’occasion, le week-end, entre débats télévisés et congrès du parti, il enfile ses baskets pour participer à un cours de gymnastique. Il a le bonheur d’être 4 fois grand-père.

Christian BROTCORNE : élu de la circonscription électorale de Hainaut

BROTCORNE_CHRISTIAN_cadré.jpg

Christian BROTCORNE est né le 9 décembre 1953 à Leuze-en-Hainaut.

Adolescent, il rêve de devenir journaliste. Dès son réveil, il plonge tous les matins dans la presse quotidienne…  une habitude qu’il a conservée jusqu’à aujourd’hui.

Très vite, cependant, une autre voie prend le pas et s’impose à lui comme une certitude : la politique. Dès 1976, il est élu Conseiller communal et désigné Echevin, une fonction qu’il remplira jusqu’en 1982 puis de 1988 à 1994.

1976 : année mémorable aussi pour d’autres raisons puisqu’il termine ses études de Droit et qu’il se marie. Avocat, il accroche alors sa plaque sur la maison familiale à Leuze-en-Hainaut qui verra grandir ses trois enfants : Florence, Damien et Barbara, qui décède accidentellement en 1996.

S’il aime déguster entre amis une Orval ou une bière d’une des trois brasseries de sa chère entité, il savoure également les instants de calme et de solitude, surtout lorsqu’il s’en délecte au grand air. Il apprécie la nature, pour la sérénité qu’elle peut dégager, mais il y pratique aussi la marche et  le vélo (parfois électrique, comme lorsqu’il s’agit de gravir le mont Ventoux).

Politique « tout-terrain », il a côtoyé tous les niveaux d’assemblées : le Conseil et le Collège communal, le Conseil provincial (Conseiller de 1987 à 2000 et Président de 1993 à 2000), la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Parlement wallon (de 2002 à 2007) et enfin le Parlement fédéral (Sénateur de 2003 à 2007, Député fédéral depuis 2007). Christian BROTCORNE a déjà occupé la fonction de Chef de groupe cdH à la fois au Sénat et à la Chambre. Sous la dernière législature, il a particulièrement été actif au sein de la Commission de la Justice, où sa détermination a permis la création d’un tribunal de la famille et de la jeunesse, qui simplifie désormais les démarches liées au droit familial et de la jeunesse. Une manière de ne pas quitter ses matières de prédilection pour cet avocat qui est également devenu, en décembre 2012, Bourgmestre de Leuze-en-Hainaut.

Vanessa MATZ : élue de la circonscription électorale de Liège

MATZ_VANESSA_cadré.jpgVanessa MATZ est née le 12 août 1973 à Liège.

A 21 ans déjà, la jeune femme devient conseillère communale à Aywaille. Engagée dans les mouvements de jeunesse, elle y a développé le goût de l’esprit d’équipe, du service aux autres, du leadership, qui la pousseront à franchir les portes du conseil communal.

De 1998 à 2012, elle est Echevine à Aywaille et même Première Echevine de 2006 à 2012. Ces années de contacts avec les Aqualiens et de pratique de dossiers l’ont rompue à la gestion communale.

Côté professionnel, elle sera tour à tour collaboratrice juridique au Sénat (de 1996 à 2000), puis au cabinet du Premier Echevin de la ville de Liège (de 2000 à 2003), ensuite Secrétaire politique du groupe cdH du Parlement wallon (de 2004 à 2006), Directrice politique du cdH (de 2006 à 2007), Chef de cabinet du Ministre fédéral de l’emploi (de janvier à avril 2008) et Secrétaire politique du cdH (de septembre 2008 à 2011).

Avant de siéger comme Députée fédérale, Vanessa Matz a été Sénatrice d’avril 2008 à mai 2014. Elle était alors membre de la Commission de l’Intérieur et des Affaires étrangères, avec, en permanence le « réflexe Aywaille ».

Travailleuse acharnée, elle s’investit à 200% dans tous les combats qu’elle décide de mener. Femme de notre époque, cette maman de trois enfants se partage donc entre le boulot, sa famille, des navettes souvent quotidiennes entre Aywaille et Bruxelles…

Son petit secret pour se détendre entre deux dossiers ? Elle écoute du Johnny Hallyday, dont elle ne rate aucun concert. Vanessa Matz apprécie aussi les virées shopping où il n’est pas rare qu’elle craque pour une paire de bottes.