Renforcer la mobilité douce


Pour le cdH, améliorer la mobilité des personnes, c’est la rendre plus durable, plus efficace, plus équitable et plus humaine. Il s’agit avant tout de réduire le nombre des victimes de la route en agissant sur tous les leviers possibles (amélioration des voiries, éducation, contrôles, etc.). Pour le cdH, renforcer la sécurité routière, c’est aussi faire de la mobilité douce et des transports en commun une priorité. « Plus et mieux » de place pour les piétons, les cyclistes, les transports en commun (train, tram, bus…), c’est aussi remettre de la vie dans nos rues, recréer l’espace à vivre que la voiture nous a pris avec le temps et ainsi favoriser les rencontres humaines et la convivialité entre les habitants. Encourager la mobilité douce, c’est également promouvoir la santé des personnes et l’autonomie des jeunes, permettre à chacun de retrouver le contact avec l’environnement immédiat.

Pour le cdH, les actions à entreprendre pour promouvoir une mobilité durable se déclinent à tous les niveaux de pouvoir et doivent s’inscrire dans un projet de société. Développer davantage l’offre de transport en commun, les pistes cyclables, c’est améliorer le vivre ensemble, avec un impact positif sur la sécurité, l’attractivité pour les investisseurs et l’emploi.

Les priorités du cdH

  • Développer une approche globale et intégrée de la mobilité, en favorisant l’intermodalité (parkings de délestage, politique spécifique pour les poids-lourds, correspondances efficaces…).
  • Fluidifier le trafic en encourageant la pratique du covoiturage et du car sharing, en aménageant des parkings appropriés aux entrées des agglomérations, en encourageant le télétravil.
  • Améliorer les transports en commun, via une politique ferroviaire axée sur l’accessibilité, la sécurité et le confort pour le personnel et les usagers et via la mise en œuvre de titres de transport uniques
  • Développer les capacités de transport fluvial pour désengorger les routes des camions qui traversent nos régions sans apporter de plus-value.
  • Soutenir le développement d’une offre coordonnée de transports en commun, y compris en zone rurale (train, tram, bus, métro, covoiturage).
  • Promouvoir la mobilité douce via des aménagements (parkings vélos, trottoirs) et des acheminements vers les écoles, gares, clubs sportifs, centres culturels) sécurisés et balisés à destination des usagers faibles (piétons et deux-roues).
  • Mettre en place des formations à la sécurité routière à destination des écoles et des aînés.
  • Prendre en compte les besoins des personnes à mobilité réduite, des familles et des personnes socialement fragiles.