En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

ACCORD COMMERCIAL UE-MERCOSUR : La majorité wallonne rejoint la position du cdH pour dire NON au projet d’accord commercial entre UE et Mercosur

Ce mercredi 5 février 2020, le Parlement de Wallonie a adopté une motion commune s’opposant au projet d’accord commercial entre l’Union européenne (UE) et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay). Cette motion fait suite à la résolution déposée par le cdH en novembre 2019.

La proposition de résolution du cdH (déposée par François DESQUESNES, Christophe BASTIN, Marie-Martine SCHYNS, André ANTOINE, Anne-Catherine GOFFINET et René COLLIN) demandait au Gouvernement wallon de :

déclarer officiellement son opposition au projet d’accord UE-Mercosur ;

fixer des balises fortes en ce qui concerne le climat, l’agriculture, les normes environnementales, sanitaires, sociales, fiscales, de travail et de droits humains, ainsi que les mécanismes d’arbitrage ; et

réaliser une étude d’impact sur les effets potentiels de l’accord commercial sur le développement durable (économie, environnement, santé, social).

Cette proposition de résolution était présentée par le chef de groupe cdH François DESQUESNES lundi 20 janvier 2020 en commission des relations internationales du Parlement de Wallonie. Le même jour, la majorité (PS-MR-Ecolo) déposait une motion rejoignant la position du cdH, à quelques nuances près. François DESQUESNES a dès lors proposé à la majorité d’adopter un texte commun ce 5 février 2020 en séance plénière du Parlement de Wallonie, afin que la position de la Wallonie puisse être plus unie, plus forte et donc mieux entendue au niveau belge et européen.

Pour le cdH, ce projet d’accord commercial entre l’UE et le Mercosur présente des risques trop importants, en particulier pour le climat et l’environnement, pour la santé des consommateurs, et pour l’agriculture familiale et durable.

Outre les balises wallonnes communes aux quatre groupes politiques, le cdH a demandé et obtenu les exigences suivantes :

L’opposition à l’ensemble du volet agricole de l’accord (importations de bœuf, de porc, de volaille, de sucre et d’éthanol).

Une attention particulière à la lutte contre la déforestation et le droit des peuples autochtones des pays du Mercosur (étant donné la politique catastrophique menée par le président brésilien Jair Bolsonaro).

Le demande au Gouvernement wallon de présenter avant la fin juillet 2020 une étude d’impact sur les effets potentiels du projet d’accord sur l’économie wallonne, en ce compris l’agriculture, sur les émissions globales de gaz à effet de serre, ainsi que sur le respect des droits humains, des droits sociaux et des normes sanitaires et environnementales dans les pays du Mercosur.

La demande que notre position soit transmise aussi aux instances fédérales, et pas uniquement européennes.

Pour le cdH, il faut saisir l’opportunité du changement de cap de la Commission européenne. « Dans le cadre du Green Deal et de la stratégie ‘de la fourche à la fourchette’, la Commission von der Leyen semble vouloir favoriser les circuits courts, ce qui est une excellente nouvelle. Il faut donc que la politique commerciale de l’UE soit compatible avec le Green Deal européen et les Objectifs de développement durable des Nations Unies ! » En bref, souligne François DESQUESNES, « la politique commerciale de l’Union européenne doit être revue pour protéger notre agriculture et participer pleinement à la lutte contre les dérèglements climatiques. »