En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Assurance autonomie – doter la Wallonie et Bruxelles d’une véritable protection sociale afin de faire face aux défis de l’allongement de la vie  

C’est un fait, nous vivons plus longtemps. Et c’est une bonne nouvelle ! Toutefois, la plus grande partie de la population souhaite rester habiter dans sa maison aussi longtemps que possible. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre des mesures efficaces, afin d’accompagner les personnes qui ont perdu de leur autonomie à cause de l’âge, mais aussi d’un handicap, ou de la santé.  

En 2025, les enfants du baby-boom entreront dans l’âge où les besoins spécifiques se font de plus en plus fréquents, ce qui risque de faire augmenter la demande de soins. Le nombre de personnes de plus de 80 ans va, lui aussi, augmenter durant les 15 prochaines années. Cela est dû à l’allongement de l’espérance de vie et au vieillissement global de la population auquel nous assistons. 
 

C’est pour répondre à ce double défi qu’il faut diversifier la prise en charge de ces personnes et augmenter l’offre de soins adaptés. Un milieu de vie agréable est essentiel à la bonne santé, raison pour laquelle le cdH souhaite que les personnes âgées qui veulent rester chez elles puissent être accompagnées et soutenues dans cette démarche. 


 
Ainsi, l’objectif de l’assurance autonomie est de créer une nouvelle couverture sociale qui réponde aux besoins des personnes âgées en perte d’autonomie ou toute personne qui serait confrontée à une perte d’autonomie momentanée.

Cette assurance sera divisée en deux branches et constituera un nouveau droit pour tous les citoyens. 

  1. L’intervention à domicile
    Cette branche donne droit à la personne en perte d’autonomie à de l’aide à domicile telle qu’une aide-ménagère, une aide familiale ou encore une garde à domicile. 

  2. Allocation Forfaitaire Autonomie (AFA) 
    Cette allocation sera bien sûr octroyée sous certaines conditions notamment au niveau de l’âge (65+) et du revenu. Le montant de cette allocation est calculé sur base du niveau d’autonomie de la personne en demande de cette aide financière et sera accessible tant aux personnes qui habitent chez elles, que celles qui résident en institution. 

 
Afin de réaliser ce projet, il faudra cotiser à partir de l’âge de 26 ans. Cette cotisation sera calculée sur base de la situation financière de tout un chacun. Toutefois, 3 catégories de personnes dispensées de cette cotisation seront déterminées, dont les personnes en situation précaire ainsi que les bénéficiaires de l’intervention majorée. 

Plusieurs acteurs prendront part à l’assurance autonomie : 

  1. Les services d’aide à domicile : Ces services proposent des aides familiales et ménagères ainsi que des gardes à domicile. Ils détermineront pour chaque personne un plan d’aide spécialement adapté à chaque situation et aux différents besoins. 
     
  2. L’AViQ et IrisCare : Ils se chargeront de gérer le budget de l’assurance autonomie. Ils contrôlent les agréments et la qualité de l’aide à domicile ainsi que le fonctionnement des organismes assureurs. 
     
  3. Les organismes assureurs : ceux-ci auront 2 missions, 
  • Collecter les cotisations payées, et affilier les personnes en ordre de cotisation au champ d’application de l’assurance. 
  • Reconnaitre les droits de ceux qui cotisent ainsi que des bénéficiaires de l’assurance autonomie. Ainsi, les services d’aide à domicile devront être remboursés par l’assureur. 

Qui détermine le droit à l’assurance autonomie ? 
Le gouvernement wallon et le Collège définiront ensemble les personnes chargées d’évaluer la situation de la personne en perte d’autonomie. Il sera alors essentiel de s’assurer que tous les citoyens puissent bénéficier de la même aide sur l’ensemble du territoire belge. 
 

En conclusion, l’assurance autonomie telle que proposée par le cdH vise à apporter une réponse au défi démographique auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Elle permet une vie de qualité à toutes les personnes en perte d’autonomie, dans leur lieu de vie, tout en soutenant les aidants proches et leurs familles.