En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Petite enfance : les crèches en grève

L’accueil de la petite enfance gronde, faute d’être entendu. Mercredi, un mouvement de grève est prévu. Ce secteur qui rassemble pas moins de 12.000 acteurs se sent oublié. Tout simplement.

Crèches, accueil extrascolaire, accueillant familial, promotion santé dans les écoles, pourtant toujours sur le pont pendant cette année difficile n’ont eu droit à rien tout en attendant une réforme votée en 2019 mais qui n’arrive pas.

"La première phase a été appliquée par l’ancien gouvernement. Par contre, avec le nouveau, tout a été bloqué" souligne Yves Hellendorff, secrétaire national du non-marchand à la CNE.

Pour le cdH, il est inadmissible que 12.000 personnes soient ainsi oubliées et ignorées par le gouvernement PS-MR-Ecolo qui bloque une réforme et des revalorisations mises en place et actées sous l'ancienne législature.

Au cdH, on comprend la colère d’un secteur à bout qui a déjà dû donner de la voix pour être assuré de la prolongation des mesures d’aides lors de la 3e vague de la crise sanitaire, "alors que depuis le début, il a toujours fait face de manière très professionnelle".

"Il y a un manque de dialogue et la ministre Bénédicte Linard a alimenté la méfiance du secteur à son égard. Nous voulons des engagements clairs dès ce budget 2021, pas des promesses à l’horizon 2024!" soulignent nos Députés François Desquesnes et Anne-Catherine Goffinet.

Le dossier des accueillantes dites conventionnées est un bel exemple de ce que le cdH reproche à la ministre. "La ministre précédente, Alda Greoli avait lancé la réforme et entrepris de donner un vrai statut, et les droits sociaux qui y sont liés, à ces accueillantes. Environ 900 l’ont reçu en 3 ans, mais il en reste 1.600 environ qui l’attendent toujours. Ces travailleuses accueillent en moyenne cinq enfants chaque jour. On parle ici de près de 15.000 familles concernées."

Lire l'article de L'Avenir ici.