En cliquant sur OK, vous acceptez la politique de protection de la vie privée du cdH.

Proposition de loi relative à l’interruption volontaire de grossesse

Contrairement au Vlaams Belang et à la NVA, le cdH souhaite faire évoluer significativement la loi concernant l’avortement puisqu’il souhaite notamment une dépénalisation complète pour les femmes et une réduction du délai de réflexion.

Nous sommes aussi d’accord de prévoir un cadre limitant tout risque de pression tout en permettant la prise en compte de l’avis du père et le respect de la liberté d’expression. Il est également nécessaire de mieux prendre en compte des situations difficiles après 12 semaines de grossesse.

En revanche, le cdH est opposé à l’extension du délai légal de 12 à 18 semaines, tout comme 2600 soignants l’ont encore exprimé hier, dès lors que cela permettrait une IVG sans motif médical à 5 mois. Les Humanistes s’opposent également à la dépénalisation complète des médecins qui pratiqueraient des IVG en méconnaissant la loi et ainsi également à la possibilité d’IVG en raison du sexe du bébé.

Le cdH souhaite que la période qu’ouvre la consultation du Conseil d’Etat, à l’initiative du CD&V, puisse être mise à profit pour qu’un consensus plus large puisse être trouvé entre l’ensemble des partis qui souhaitent faire évoluer significativement mais raisonnablement la loi. Ce n’est pas à coups d’exclusives fondées sur des clichés que l’on fera avancer un dossier à ce point sensible.

Écoutons-nous mutuellement et essayons de converger. Tel est l’appel que lance, une nouvelle fois, le cdH aux autres partis.